Témoignage d’un homme victime d’abus durant l’enfance

L’abus ou le harcèlement sexuel sur les hommes. Nous n’en parlons presque pas, pourtant cela existe ; à Maurice et ailleurs. Et un abus fait toujours mal. Un homme victime d’abus (durant l’enfance ou à l’âge adulte), semble être doublement victime ; d’une part, il y a l’agression et toutes les conséquences qu’elle entraine, d’autre part, il y a les tabous. Un homme victime d’abus durant l’enfance a accepté de nous partager son histoire. Nous l’appellerons Clelio.

Cela se passe lorsque Clelio est encore adolescent ; il a alors entre 13 et 15 ans :

« L’agresseur était mon chef scout. Il faisait du harcèlement sur presque toute la troupe. Quand la victime était vulnérable, il passait à l’acte. Dans beaucoup de cas, il persistait jusqu’à ce que la victime craque, se sente à bout et décide de partir. »

A l’époque, Clelio ne comprend pas ce qui lui arrive. Même lorsqu’il commence à comprendre, il n’en parle à personne, principalement à cause du tabou qui entoure la pédophilie à Maurice. Au sentiment d’incompréhension se mêlent aussi la honte et une révolte enfouie. Pourtant, lorsqu’au fil des années la pédophilie devient moins taboue, Clelio laisse exprimer sa colère. Il écrit une lettre à l’auteur des agressions :

« Je lui ai écrit une lettre lorsque j’ai eu 38 ans. Je lui ai exprimé ma colère et lui ai dit qu’il n’avait pas intérêt à croiser ma route. J’ai parlé du tort qu’il a causé ; qu’au lieu de traiter les jeunes scouts comme une pépinière qu`on arrose il faisait griller toutes les plantes. »

Cet homme est-il conscient du tort qu’il a causé ?

« Oui, il est conscient de la cinquantaine de victimes qu`il a faites (passage à l`acte ou harcèlement) mais il s’estime propre ‘devant Dieu’. Il veut même trouver des ‘intermédiaires’ pour réconcilier ses victimes. »

Vous parlez d’une cinquantaine de victimes. Les autres victimes n’ont-ils pas pensé à dénoncer l’agresseur ? Pourquoi, à votre avis ?

« Principalement à cause de la honte. Ils cherchaient à fuir l’agresseur et ne plus en parler. »

Quelles étaient les séquelles physiques et/ou psychologiques de cet abus ?

« Aucune séquelle physique dans mon cas mais à 43 ans je suis toujours célibataire et n`ai pas pu trouver ‘l’âme sœur’. »

Si demain un jeune garçon vient vers vous et vous dit qu’il a été victime d’abus/ d’harcèlement, qu’allez-vous faire ?

« Je l’emmènerai chez un avocat et monterai avec lui un dossier solide en regroupant d`autres victimes, chose que je n`ai pas pu faire dans mon cas à cause du désistement des autres victimes. »

Vous sentez-vous mieux aujourd’hui ? Comment s’en sort-on ?

« Oui je suis mieux parce qu’il y a moins de tabou qui entoure la pédophilie. On s’en sort par le désir de vivre encore et mieux. »

Abus sexuels sur les garçons durant l’enfance : questions à  Mélanie Vigier de Latour-Bérenger, psychosociologue

Pouvez-vous nous rappeler ce qu’est une agression sexuelle ?

 Un abus sexuel est, selon l’OMS 2002, une : «exploitation sexuelle d’un enfant qui implique que celui-ci est victime d’un adulte ou d’une personne sensiblement plus âgée que lui, aux fins de la satisfaction sexuelle de celle-ci».

Pour Ciavaldini et Choquet, 2003.

« Cette exploitation s’appuie sur la notion d’abus et comprend un certain nombre d’attitudes :

- abus sans toucher : exhibitionnisme, voyeurisme, propos obscènes, utilisation de médias pornographiques en présence d’un enfant…

- abus avec toucher sans violence : toucher sur les parties génitales ou les zones érogènes (caresses, masturbations, attouchements avec pénétration, relations sexuelles complètes, etc.)

- abus avec violences entraînant des lésions de gravité variable : viols, exploitation sexuelle à des fins de prostitution ou de pornographie… ;

- attitudes de type malsain : conduites sexualisées, climat à tonalité sexuelle, actes, gestes incitant l’enfant à avoir des conduites sexuelles avec un adulte. »

Une agression sexuelle peut se faire avec ou sans contact corporel.

Sont-ils nombreux, les garçons/hommes victimes d’abus à Maurice ?

Moins de cas de garçons que de filles victimes sont signalés aux instances de protection de l’enfance et moins d’hommes adultes victimes dans leur enfance en parlent. Un rapport de 2015 de l’Association Mémoire Traumatique et Victimologie avec le soutien de l’Unicef parle d’un garçon sur 13 qui serait victime.

Plusieurs experts qui travaillent dans ce domaine pensent que plus souvent, les agressions sexuelles sur les garçons pourraient avoir été commises dans la petite enfance pendant les soins (changement des couches, bains, etc.), ce qu’on appelle le nursing pathologique, ces actes de violences seraient alors refoulés sur le plan psychique, ce qui expliquerait que moins de cas de garçons victimes en parleraient.

Pourquoi la personne victime n’en parle-t-elle pas ?

D’abord parce que ce type d’agression relève de l’absurde, de l’impensable. Qu’un adulte utilise un enfant pour avoir du plaisir sexuel est difficile à imaginer, à entendre et à verbaliser.

Notamment quand l’auteur de ces violences est un proche dans plus de 90 % des cas. Cette proximité peut faire que l’enfant ne soit pas cru et de ce fait, pas protégé. On lui dit de se taire, qu’il est mal élevé ou encore qu’il va briser la famille, dans de trop nombreuses situations.

Souvent l’enfant ne comprend pas ce qui se passe, ne sait pas si ce qu’il subit est normal ou non. N’ayant pas forcément entendu parler des violences sexuelles, il ne pense pas forcément en parler.

La personne victime peut aussi garder le silence à cause de la peur : peur des représailles, des menaces de l’agresseur : de suicide, d’aller en prison… Peur d’être jugé par l’environnement ou peur de ‘briser la famille’, propos tenus à la personne victime comme si c’était elle la coupable.

Or, une famille dans laquelle il y a des agressions sexuelles est déjà dysfonctionnelle. Révéler les abus ne la brise pas, au contraire, elle l’assainit.  La peur de ne pas être cru a une place importante aussi du fait de la proximité de l’auteur des violences car il n’y a pas forcément de preuves matérielles dans les cas d’abus sexuels.

La pression sociale et familiale que ‘dimoun pou koz nou koze’ ou des ‘il n’y a pas ça dans notre milieu’, outre le tabou autour du sexe et des violences sexuelles, est un facteur important dans le silence sur les abus subis. Certains parents informés somment les enfants de se taire sous peine que l’auteur de ces violences aille en prison, que la famille ne puisse plus avoir d’entrée d’argent, etc. L’agresseur est alors protégé et les enfants continuent d’être victimes…

Les sentiments de honte et de culpabilité ont un impact important dans le silence des personnes victimes. C’est douloureux et embarrassant pour une personne victime de venir décrire les agressions sexuelles subies. La notion de culpabilité ressentie par l’enfant victime est renforcée par l’abuseur qui insiste souvent sur le fait que l’enfant l’a séduit, sur le plaisir éventuel ressenti, sur le fait que la victime n’ait pas dit ‘non’, etc. Il est comme énonce Summit 1983, « impuissant et pris au piège ».

Se rajoute le déni, mécanisme de défense mis en place inconsciemment et de manière automatique par la victime pour se protéger de cette immense souffrance. La personne peut alors ne plus se souvenir des agressions subies.

Etre un garçon comme les autres. Etre victime d’abus ou d’harcèlement. Ne pas comprendre. Puis comprendre. Souffrir ; seul. Puis, essayer de s’en sortir, comme Clelio. Etre fragilisé, avoir des séquelles mais avancer ; comme Clelio. Une personne victime d’abus durant l’enfance n’y est pour rien ; mais elle souffre. Pour dénoncer une violence sexuelle, vous pouvez vous référer à la Child Development Unit (Hotline : 113), en insistant sur l’anonymat de l’appel ou au bureau de l'Ombudsperson for Children (454 30 10) qui garantit la confidentialité de la personne qui informe.

Sur le même sujet

Une analyse psychologique des personnages de Game of Thrones

Une analyse psychologique des personnages de Game of Thrones

Depuis 2011, chaque nouvelle saison de Game of Thrones déclenche une hystérie planétaire. Cette année encore o...

Lire

« Ma mère m’a sorti de l’enfer de la drogue synthétique »

« Ma mère m’a sorti de l’enfer de la drogue synthétique »

Nilesh (prénom fictif) se sentait mal-aimé et frustré, il est tombé dans le piège de la drogue synthétique mai...

Lire

Claudette Marmarot : après les épreuves, le répit

Claudette Marmarot : après les épreuves, le répit

Son mari était indifférent, alcoolique. Seule, elle a travaillé le jour et la nuit, sous le soleil et la pluie...

Lire

Journée portes ouvertes à Autisme Mauric

Journée portes ouvertes à Autisme Maurice

Journée portes ouvertes à Autism Maurice pour les familles ayant un enfant autiste, ou avec suspicion d’autism...

Lire

« A 9 ans, j’irai à l’école pour la tout

« A 9 ans, j’irai à l’école pour la toute première fois »

Il a dû être le seul à ne pas se réjouir lorsque la rentrée des classes fut reportée. Le petit Nigel (prénom f...

Lire

A lire aussi

Peigne ou brosse, comment faire son choix ?

Peigne ou brosse, comment faire son choix ?

Pour coiffer, démêler, ou vous lisser les cheveux, vous ne faites pas la différence entre les dents longues et...

Lire

Mue de la voix : pourquoi ? qu'est-ce qui se passe vraiment ?

Mue de la voix : pourquoi ? qu'est-ce qui se passe vraiment ?

La voix est un trait sexuel secondaire qui se développe à la puberté. La mue étant le phénomène qui marque jus...

Lire

Voici pourquoi vous vous réveillez fatigué(e) le matin !

Voici pourquoi vous vous réveillez fatigué(e) le matin !

Lorsqu’on dort peu ou lorsqu’on a des horaires improbables, il est presque inévitable de se réveiller fatigué(...

Lire
L'annuaire des professionnels

Sur le même sujet

Une analyse psychologique des personnages de Game of Thrones

Une analyse psychologique des personnages de Game of Thrones

Depuis 2011, chaque nouvelle saison de Game of Thrones déclenche une hystérie planétaire. Cette année encore o...

Lire

« Ma mère m’a sorti de l’enfer de la drogue synthétique »

« Ma mère m’a sorti de l’enfer de la drogue synthétique »

Nilesh (prénom fictif) se sentait mal-aimé et frustré, il est tombé dans le piège de la drogue synthétique mai...

Lire

Claudette Marmarot : après les épreuves, le répit

Claudette Marmarot : après les épreuves, le répit

Son mari était indifférent, alcoolique. Seule, elle a travaillé le jour et la nuit, sous le soleil et la pluie...

Lire

Vous avez une question?

Les sujets plus

Rubina: « Voilà ce que j'ai appris en étant prostituée »

Rubina: « Voilà ce que j'ai appris en étant prostituée »

Une ex prostituée. Celle qui a vu la face cachée de notre société. Celle qui a côtoyé le vice et la solitude d...

Lire

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Ce n’est un secret pour personne : les hommes adorent qu’on leur fasse une fellation. Mais attention, pas n’im...

Lire

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Ça pique trop ! Ce n’est pas propre ! Bah, tout le monde le fait… Pour des raisons d’hygiène ou simplement pou...

Lire

Dites adieu aux cafards grâce à ce remède miracle

Dites adieu aux cafards grâce à ce remède miracle

Les cafards, quelle nuisance ! Ils sont malpropres, désagréables et se reproduisent à une vitesse incroyable....

Lire

Astuces naturelles pour en finir avec les lézards

Astuces naturelles pour en finir avec les lézards

Fatigue trouv lezar dans lakaz ? Ils sont sales, ils sont partout dans la maison ; dans la cuisine, dans votre...

Lire

Nos conseils pour perdre du poids sainement

Nos conseils pour perdre du poids sainement

Oui, perdre du poids sainement est possible ! Avec l’aide de NATURHOUSE, nous vous proposons une vingtaine de ...

Lire

Alcoolisme : cri de cœur d’une femme

Alcoolisme : cri de cœur d’une femme

C’est un cri de cœur d’une de nos internautes. Et il nous pousse à la réflexion…...

Lire

5 remèdes naturels pour en finir avec le tartre

5 remèdes naturels pour en finir avec le tartre

Cachez ces horribles dents qu’on ne saurait voir ! Lorsqu’on a les dents recouvertes de tartre, on ose à peine...

Lire

Moi ; bonne, femme battue et fonceuse

Moi ; bonne, femme battue et fonceuse

Politiciens corrompus, ragots, des histoires de perte, de désespoir… Voilà des sujets qui intéressent, qui fon...

Lire

L’angine de la poitrine en quelques mots

L’angine de la poitrine en quelques mots

L’angine de la poitrine, aussi appelée angor, fait partie des maladies coronariennes. Elle est caractérisée pa...

Lire

Avez-vous une attitude saine envers le jeu ? Montrez-vous des signes de dépendance ? Pour vous aider à le savoir, nous avons, avec l'aide de Lottotech, créé ce test. Répondez aux questions et choisissez une seule réponse.

Faites le test
8 question(s)

Les accidents arrivent toujours soudainement. Quels sont les premiers gestes ? Savez-vous comment réagir face à un accident ? Faites ce test pour le savoir. Il vous permettra aussi de retenir les informations essentielles.

Faites le test
10 question(s)

Alors que beaucoup de personnes atteignent l’orgasme pendant leurs ébats sexuels, d’autres ont encore du mal. Si on parle d’orgasme comme étant le point culminant du plaisir sexuel, bon nombre de personnes ne savent toujours pas de quoi il s’agit. Et vous, êtes-vous incollable sur le sujet ? Testez vos connaissances !

Faites le test
10 question(s)
Parlons-Nous
Vous souhaitez témoigner, partager votre expérience ? Contacter Anne Gaelle en écrivant à redaction@objectifsante.mu

Rechercher

L'annuaire des professionnels

Message envoyé!

Merci de votre message, nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Contactez-nous

Mettez du bien-être dans votre boîte mail

Abonnez-vous à la newsletter

Merci de vous être abonné.