« Ma mère m’a sorti de l’enfer de la drogue synthétique »

Nilesh (prénom fictif) se sentait mal-aimé et frustré, il est tombé dans le piège de la drogue synthétique mais grâce à sa mère, il a pu s’en sortir. Parce que parfois, il suffit d’un peu de volonté et d’amour pour qu’un jeune arrête de se faire du tort.

Chaque cas est différent. Certains jeunes disent prendre de la drogue juste comme ça, par soif d’aventure, par amour pour le nisa, puis ils tombent dedans, et deviennent accrocs. Chez d’autres, il suffit de fouiller un peu pour voir que cette recherche de nisa cache un manque ou une frustration. En 2015, Nilesh (prénom fictif) a tout pour être heureux. Il vient d’une famille aisée, papa a un bon travail, maman est femme au foyer et prend soin de la famille, le grand frère est ingénieur.  C’est justement ça le problème ; tout semble parfait, sauf pour lui.

 « Mon grand frère est un fils modèle, parfait. Il a toujours été obéissant, il a été classé après les lauréats et avait obtenu une bourse de l’état. A chaque fois on me comparait à lui. J’essayais mais je ne pouvais pas être comme lui. Et mon père me le reprochait. Moi, je n’étais pas très doué en études, je n’étais pas très discipliné. Je me débrouillais mais ce n’était pas comme mon frère. »

Lui, est un élève ‘average’. Lui, sent que ses parents ne l’aiment pas, qu’il ne sera jamais à la hauteur. D’ailleurs, avec ses amis, il fume, il boit, il consomme du cannabis. Son père le traite déjà de voyou.

« Depuis le début, j’étais fautif, je le sais. J’ai toujours senti que j’étais mieux lorsque j’étais avec mes amis, qu’on ne me comprenait pas à la maison. Et cela énervait mon père, il me disait que mes fréquentations n’étaient pas bonnes, ki mo enn voyou, enn nimport, que je faisais honte à la famille. Plus il me reprochait, plus cela me poussait à me ‘rebeller’.»

Voilà un peu comment il devient proie aux tentacules de la drogue synthétique. Parce qu’on le traite déjà de voyou, parce qu’il se sent perdu et frustré mais aussi parce qu’il n’arrive pas à se procurer de cannabis :

« Je n’avais pas d’argent pour acheter du gandia. Je suis allé à une fête, une bande essayait du black mamba. Zot ine dir moi vinn fim enn coup. Mo pann reflesi, monn riss enn coup. »

Une bouffée suffit. Vertiges, nausée, palpitations. C’est effrayant mais plaisant. Une deuxième, une troisième bouffée et il ne voit plus clair et hallucine.

« J’ai perdu connaissance pendant un bref instant. Les palpitations et tremblements ont continué des heures après la première bouffée. Ce n’était pas du tout comme la gandia. Le gandia me calmait mais là c’était complètement le contraire. Mais il y avait le sentiment d’avoir frôlé l’interdit. Le lendemain, un ami m’a demandé si je voulais réessayer, j’ai dit oui.  J’aimais l’interdit et je me disais que je n’avais rien à perdre. J’ai continué pendant des mois. »

Encore du black mamba, du bat dan latet, des drogues synthétiques dont il ne connait même pas le nom ou la composition… Il va tout essayer. Parfois, il reste sans connaissance pendant des heures, d’autres fois, il devient violent :

« Une fois je suis rentré chez moi et je me suis mis à crier. Mon père m’a demandé d’arrêter car les voisins allaient m’entendre. Cela m’a mis hors de moi. A chaque fois, il se souciait de ce que pensaient les autres. Je me suis mis à briser des choses. Mon père m’a dit que je pouvais quitter la maison pour ne plus jamais revenir. »

Sa mère le retient. Cette femme au foyer autrefois tranquille et vivant sous l’ombre de son mari décide de soutenir son fils. D’une petite voix, elle s’est confiée à moi :

« Depuis des mois je voyais que mon fils avait changé. Il était devenu maigre, son comportement était bizarre. Le lendemain de l’incident, on s’est parlé. J’ai décidé de l’emmener chez un psychiatre. Mon mari était contre. Li dir trop tard, rien ne pouvait sauver notre fils. Et puis, il avait peur qu’on l’envoie au Brown Sequard. Il avait peur du déshonneur. Moi aussi j’avais peur du déshonneur, mais la vie de mon fils importait plus. »

En cachette, sans que son mari le sache, elle emmène son fils chez un psychiatre. Nilesh y va un peu à contrecœur mais il le fait pour ne pas déplaire à maman. Dur dur pour une mère d’emmener son fils chez un psychiatre pour un problème de drogue. ‘Ai-je mal fait quelque chose ?’, ‘Est-ce de ma faute ?’ ‘Pourquoi mon enfant ?’… Tant de questions qui se bousculent dans sa tête.

« C’est difficile pour un parent. Le psychiatre lui a prescrit des calmants pour diminuer l’agitation et l’insomnie mais il m’a dit que mon fils manquait confiance en lui. Qu’il semblerait qu’il allait mal psychologiquement depuis avant. »

Tous les jours, elle fait prendre des médicaments à son fils, elle lui parle, elle lui dit qu’elle  l’aime, elle l’emmène dans les sessions de prière… Elle confrontera aussi son mari.

« C’est incroyable. On croit toujours que la drogue touche une certaine catégorie de gens. On se dit que ce genre de chose arrive aux autres. Mais voilà, mon fils allait mal et il fallait que je prenne mes responsabilités. Je ne sais pas grand-chose à propos de la drogue synthétique mais je sais qu’elle est mortelle. Le psy m’a expliqué qu’il fallait absolument que je soutienne mon fils. Et j’ai tout fait pour le soutenir. »

Il suit une thérapie. De longues conversations ont lieu entre mère et fils. Elle, pleure et partage ses inquiétudes. Lui, parle de sa frustration. Elle réalise qu’elle aurait dû le défendre et l’encourager plus tôt. Lui, en voyant pleurer maman réalise enfin la gravité de ses actes :

« J’étais stupide. Oui j’étais frustré, je voulais m’évader mais je me faisais du tort et je faisais du tort aux autres. Et finalement, ce n’était pas si difficile que ça d’arrêter. J’ai dû changer de fréquentations, il y avait des moments de doute… Mais pour une fois, je sentais que maman m’aimait, tel que je suis. Même mon père est venu m’encourager, me dire que le plus important était que je sois en vie et heureux. Je sais qu’il avait été envoyé par ma mère, monn trouv mo mama pe louker depi derier rideaux (rires) mais cela a quand même fait plaisir. »

On parle de la peine de mort pour les trafiquants de drogue. Utiliser la peur pour lutter contre la drogue ? Et si on prônait aussi l’amour, le soutien et l’encadrement ? Certains diront que c’est cliché, ringard, que les choses ne sont pas si simples que ça. Oui, nous sommes d’accord. Et si on essayait de créer un monde dans lequel chacun se sentirait tellement comblé qu’il n’aurait besoin d’aucun ‘nisa’ pour vivre ?

Sur le même sujet

Viol conjugal ; lorsque l’époux devient le bourreau

Viol conjugal ; lorsque l’époux devient le bourreau

Pour vous c’est quoi un viol ? Un étranger qui abuse sexuellement d’une femme ? Mais que faire quand le violeu...

Lire

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils »

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils »

Il y a des personnes qui ont une vie confortable mais qui ne sont jamais satisfaites. Certains s’enrichissent...

Lire

« Je ne suis pas une victime mais une survivante de viol »

« Je ne suis pas une victime mais une survivante de viol »

Comment visualisez-vous une victime de viol ? Une femme abattue, effrayée ? Elle a peut-être des cernes autour...

Lire

Viol conjugal ; lorsque l’époux devient

Viol conjugal ; lorsque l’époux devient le bourreau

Pour vous c’est quoi un viol ? Un étranger qui abuse sexuellement d’une femme ? Mais que faire quand le violeu...

Lire

Une analyse psychologique des personnage

Une analyse psychologique des personnages de Game of Thrones

Depuis 2011, chaque nouvelle saison de Game of Thrones déclenche une hystérie planétaire. Cette année encore o...

Lire

A lire aussi

Thé Moringa, une plante bien de chez nous qui a tout bon pour la santé !

Thé Moringa, une plante bien de chez nous qui a tout bon pour la santé

Un thé de haute qualité 100% naturel à base de Moringa cultivé à Maurice. Voilà ce que propose, depuis peu, TE...

Lire

Aloe vera : 3 soins visage à réaliser selon votre type de peau

Aloe vera : 3 soins visage à réaliser selon votre type de peau

En plus d’être nourrissante, hydratante et rajeunissante, l'aloe vera a des vertus apaisantes sur les inf...

Lire

Vous voulez vous offrir une tondeuse à barbe pour les fêtes ? Petit guide

Vous voulez vous offrir une tondeuse à barbe pour les fêtes ? Petit gu

Drue ou frisée, longue ou courte, elle est le symbole de votre virilité. Et parce que la barbe est maintenant...

Lire
L'annuaire des professionnels

Sur le même sujet

Viol conjugal ; lorsque l’époux devient le bourreau

Viol conjugal ; lorsque l’époux devient le bourreau

Pour vous c’est quoi un viol ? Un étranger qui abuse sexuellement d’une femme ? Mais que faire quand le violeu...

Lire

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils »

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils »

Il y a des personnes qui ont une vie confortable mais qui ne sont jamais satisfaites. Certains s’enrichissent...

Lire

« Je ne suis pas une victime mais une survivante de viol »

« Je ne suis pas une victime mais une survivante de viol »

Comment visualisez-vous une victime de viol ? Une femme abattue, effrayée ? Elle a peut-être des cernes autour...

Lire
La réponse

Hello, it is important that you have the right food choice rather than depriving your body of food. You should avoid skip ...

Vous avez une question?

Les sujets plus

6 choses qui vous font échouer à votre examen du permis de conduire

6 choses qui vous font échouer à votre examen du permis de conduire

Vous avez échoué à votre examen de permis de conduire ? Ou, vous vous apprêtez à passer l’examen et avez peur...

Lire
Moi

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Ça pique trop ! Ce n’est pas propre ! Bah, tout le monde le fait… Pour des raisons d’hygiène ou simplement pou...

Lire

Boules de chair : 5 traitements maison pour s’en débarrasser

Boules de chair : 5 traitements maison pour s’en débarrasser

Acrochordons, polype fibroépithélial, papillome fibro-épithélial… ces noms ne vous disent rien ? Évidemment, p...

Lire

Dites adieu aux cafards grâce à ce remède miracle

Dites adieu aux cafards grâce à ce remède miracle

Les cafards, quelle nuisance ! Ils sont malpropres, désagréables et se reproduisent à une vitesse incroyable....

Lire

Astuces naturelles pour en finir avec les lézards

Astuces naturelles pour en finir avec les lézards

Fatigue trouv lezar dans lakaz ? Ils sont sales, ils sont partout dans la maison ; dans la cuisine, dans votre...

Lire

La belle mère, la plus grande crainte des belles-filles

La belle mère, la plus grande crainte des belles-filles

‘Ma belle-mère ne m’aime pas. Elle ne veut pas de moi. Elle me fait sentir que je ne suis pas digne de son fil...

Lire

Contraception : à chaque tranche d’âge sa méthode contraceptive !

Contraception : à chaque tranche d’âge sa méthode contraceptive !

Préservatif, patch, pilule, anneau, implant, stérilet… Les moyens de contraception utilisés dans le cadre d’un...

Lire

Je ne voulais pas faire cette césarienne ; ils m’ont forcée

Je ne voulais pas faire cette césarienne ; ils m’ont forcée

Comme tant d’autres femmes, elle n’avait pas les moyens de suivre un traitement à la clinique. Comme elles, el...

Lire

5 remèdes naturels pour en finir avec le tartre

5 remèdes naturels pour en finir avec le tartre

Cachez ces horribles dents qu’on ne saurait voir ! Lorsqu’on a les dents recouvertes de tartre, on ose à peine...

Lire

L’angine de la poitrine en quelques mots

L’angine de la poitrine en quelques mots

L’angine de la poitrine, aussi appelée angor, fait partie des maladies coronariennes. Elle est caractérisée pa...

Lire

Les accidents arrivent toujours soudainement. Quels sont les premiers gestes ? Savez-vous comment réagir face à un accident ? Faites ce test pour le savoir. Il vous permettra aussi de retenir les informations essentielles.

Faites le test
10 question(s)

Alors que beaucoup de personnes atteignent l’orgasme pendant leurs ébats sexuels, d’autres ont encore du mal. Si on parle d’orgasme comme étant le point culminant du plaisir sexuel, bon nombre de personnes ne savent toujours pas de quoi il s’agit. Et vous, êtes-vous incollable sur le sujet ? Testez vos connaissances !

Faites le test
10 question(s)

C’est un fait que personne ne pourra nier, nous sommes tous différents. Et pourtant ! Certaines de nos particularités physiques ne nous plaisent pas et peuvent parfois se transformer en drame.. Acceptez-vous votre corps ? Êtes-vous du genre complexée ? Un test à faire sans complexe...

Faites le test
10 question(s)
Parlons-Nous
Vous souhaitez témoigner, partager votre expérience ? Contacter Anne Gaelle en écrivant à redaction@objectifsante.mu

Rechercher

L'annuaire des professionnels

Message envoyé!

Merci de votre message, nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Contactez-nous

Mettez du bien-être dans votre boîte mail

Abonnez-vous à la newsletter

Merci de vous être abonné.