Nadine, une femme violentée sauvée par l'amour de Nitish

Dernièrement, à travers nos témoignages, j’essayais de me focaliser sur le positif. Cette fois-ci, ce sera difficile. Cette femme a vécu des choses terribles. Elle a été victime de violences et de viol conjugal ; parfois son mari la frappait jusqu’à ce qu’elle soit admise au ICU. Trouver le positif dans cette histoire semble impossible, mais nous pouvons essayer. Car Nadine (prénom fictif) a connu la souffrance et la violence mais a elle a aussi connu Nitish (prénom fictif). Malgré les différences de religion, malgré son passé houleux, cet homme l’a acceptée et aimée.

Nous la rencontrons dans un centre qui héberge les femmes victimes d’abus et de violence. Elle a l’air d’une femme qui a grandi trop tôt, d’une femme qui se bat mais qui est épuisée. Son histoire ressemble au scénario d’un film ; un film d’horreur. 17 ans. C’est l’âge à laquelle elle emménage avec son mari. Elle est jeune, naïve. Comme toute jeune fille, elle a des rêves plein la tête. Elle pense que la vie à deux est faite d’amour, de respect et de complicité ; comme dans les films romantiques. Mais sa réalité à elle est autre.

Les injures, les coups, le viol : voilà sa réalité. Se lever les matins avec des bleus au corps. Etre violée et devoir tous les jours dormir à côté du violeur qui s’avère être l’époux. Etre frappée par celui qui était censé la protéger et la respecter. Etre enceinte. Etre violée par l’homme qui l’a mise enceinte. Etre sodomisée aussi. Subir, pleurer, souffrir ; en silence.

« Il m’a sodomisé alors que j’étais enceinte. C’était un calvaire. J’en ai parlé seulement à ma mère, linn dir mwa met enn depozision lapolis. Mais j’avais peur, très peur. J’étais trop jeune, il était trop violent. Ou trouv sa mark la ? (ndlr : elle avance ses cheveux pour nous montrer une marque qu’elle a sur la tête) Li ti craz boutey lor mo latet. J’avais peur qu’il me tue. »

Une violence inimaginable. Une fois, elle est admise au Intensive Care Unit de l’hôpital. Souvent, elle dort le ventre vide, le corps meurtri de coups. Parfois, la belle-mère participe aussi à cette violence. Oui elle sait que son fils frappe et viole Nadine, elle ne dit rien. Parfois, elle l’encourage.

« Ma belle-mère ne m’aimait pas. Mon mari et elle n’aimaient pas que je tombe enceinte. Ena fwa, zot rod fer mwa avorter par force. Zot mem force mwa bwar rom ek camphre. Zot tini mwa, pez mo labouss, force mwa avaler. »

Pourtant, à chaque fois que Nadine tombe enceinte, elle est heureuse. Ses enfants sont les fruits de la violence mais elle les aime ; elle sait  qu’ils n’y sont pour rien. De cette union douloureuse, naissent 4 enfants. Ces enfants vivent avec un père brutal, parfois eux aussi sont victimes de sa brutalité. Mais Nadine rêve, espère. Un jour ses enfants seront éduqués et forts, personne ne pourra leur faire du tort. Elle espère que ses deux filles ne connaitront jamais l’abus et la violence. Elle veut les protéger. Elle ne réussit pas.

Lorsqu’en 2010, elle ose finalement quitter son mari pour de bon, ce dernier obtient la garde de deux de leurs enfants ; un garçon et Catherine (prénom fictif), leur fille. Nadine ne veut pas se séparer de ses enfants mais elle ne peut rien contre la loi. Quatre années passent. Elle habite chez son frère, elle essaie de recoller les morceaux de sa vie brisée. Elle trouve un travail. Ses enfants lui manquent mais elle se résigne, elle se dit que c’est peut-être mieux ainsi. Jusqu’à ce qu’elle apprenne que sa fille se prostitue.

« C’était en 2014. Elle avait 12 ans, elle se prostituait depuis l’âge de 9 ans. J’ai demandé l’aide de la police. La brigade des mineures a démantelé un réseau de prostitution infantile. Là on a appris comment ces filles de 9 à 14 ans étaient maltraitées, violées. Ban zom la ti pe teign cigaret lor zot, viol zot, force zot pran ladrog, force zot bwar comprime pu ki zot pa koner ki pe fer ek zot. Mo tifi inn subir tousala. Letan mo apran sa, mo pa kav. Ma fille est restée au Rehabilitation Youth Centre pendant 2 ans et a été libérée pour bonne conduite. Mais elle était déjà tombée dans l’enfer de la drogue. 3 mois après qu’elle soit sortie du RYC, elle a fait une fugue. Depuis, je ne sais pas où elle est, je ne sais pas si elle est vivante. »

Nadine et sa fille. Deux femmes de deux générations différentes qui ont toutes les deux été victimes du vice et de la violence des hommes. Aujourd’hui, Nadine pleure encore pour l’enfance violée de sa fille. Elle attend. Une visite, un coup de téléphone… Sa fille n’a qu’à faire un signe et elle serait accueillie, pardonnée.

« Nek mo lai li revini. Mo pa pu repros li narien. Pe import ki linn fer. Nek mwenvi li retourner. »

Une histoire douloureuse, obscure. Un gouffre, une prison invisible. Difficile de s’en sortir. Pourtant, dans ce gouffre, une main se tend vers Nadine. Cette main appartient à Nitish (prénom fictif). Ils se sont rencontrés deux ans après qu’elle se soit séparée de son premier mari. Ils étaient agents de sécurité dans la même compagnie. Il est tombé amoureux d’elle. Elle, désillusionnée, ne l’a pas cru.

« Li ti dir mwa li kontan mwa, ki li pu atan mwa. Il voulait m’épouser, adopter mes enfants. Mwa monn dir non, sa kalite lamour la pa existe sa. Mais il m’a vraiment attendu. »

Il la connait, il connait son passé et il l’aime. Elle est catholique, lui, est hindou ; les parents ne sont pas d’accord mais il l’aime toujours. Ils vont se mettre ensemble. Pour la toute première fois, Nadine connait le bonheur conjugal. Oui, l’amour existe. Pour la première fois depuis qu’on a commencé l’interview elle fait un grand sourire :

« Li byen kontan mwa ek mo zanfan. Mo ancien mari ti zalou, a sak fwa repros mwa. Dir mo gard galan. Me Nitish diferan. Li fer mwa confians. Li trouv mwa koz ek ban zom dan travay, li kompran. Kan li gagn lapey li met tou dan mo lame. Li dir ‘pran sa aste rasyon, depans li kuma twenvi, pa bizin ran mwa compte. »

Enfin heureuse. Même si les problèmes continuent. A un moment, elle ne travaille plus et lui, a affaire à un employeur irresponsable et injuste. Ils n’arrivent pas à payer le loyer, ils se retrouvent à la rue. Ils dorment le ventre vide, une fois, elle fouille même les poubelles pour se nourrir elle et ses enfants. Les problèmes ne s’arrêtent pas, le parcours est long et rude. Mais pour une fois, elle a quelqu’un qui lui tient la main, qui persévère avec elle.  En avril, elle vient au centre avec ses enfants et lui part habiter chez sa mère. Mais les deux travaillent et économisent. Ils ont enfin trouvé une maison.

« Oui nous avons trouvé une maison. Dimanche on est parti nettoyer. Il faut remplacer les vitres… Mais la maison et vide. Nous n’avons pas de meubles, pas d’électroménager… Rien. »

Les temps sont toujours difficiles, elle est épuisée mais elle ne baisse pas les bras. Elle est contente d’avoir un travail même si elle gagne Rs. 5,500 en lavant des voitures et qu’un homme qui fait le même travail qu’elle gagne Rs.13,000. Contente d’avoir une maison même si elle est vide. Elle, c’est une femme épuisée ; mentalement et physiquement. Maintenant, il ne lui reste qu’un peu de courage et beaucoup de foi.

« C’est difficile mais j’ai la foi en Dieu. Dieu a dit, ‘demande ce que tu veux que je te donne’. Donc je prie, je demande de l’aide. Avant je ne pouvais même pas aller à la messe librement. Mon ancien mari me frappait lorsque j’étais de retour. Maintenant Nitish va à la messe avec moi. Oui, la religion n’est pas une barrière pour nous. Là, il m’a expliqué comment on fait le Raksha Bandhan (rires). On est un couple mixte ; chacun apprend la religion et la culture de l’autre.»

Une histoire de souffrance, de perte et d’espoir. Mais une histoire qui n’est pas encore terminée. Avant, c’était la douloureuse histoire de Nadine. Aujourd’hui, c’est l’histoire de Nadine et de Nitish. Celle d’une femme malmenée par un homme et sauvée par l’amour d’un autre. Une femme épuisée mais pas vaincue.

Sur le même sujet

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils »

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils »

Il y a des personnes qui ont une vie confortable mais qui ne sont jamais satisfaites. Certains s’enrichissent...

Lire

« Ma mère m’a sorti de l’enfer de la drogue synthétique »

« Ma mère m’a sorti de l’enfer de la drogue synthétique »

Nilesh (prénom fictif) se sentait mal-aimé et frustré, il est tombé dans le piège de la drogue synthétique mai...

Lire

10 idées reçues sur le suicide

10 idées reçues sur le suicide

Les êtres humains sont bourrés de préjugés. Tout est bon pour pointer du doigt, pour juger ou pour coller des...

Lire

Viol conjugal ; lorsque l’époux devient

Viol conjugal ; lorsque l’époux devient le bourreau

Pour vous c’est quoi un viol ? Un étranger qui abuse sexuellement d’une femme ? Mais que faire quand le violeu...

Lire

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une ma

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils »

Il y a des personnes qui ont une vie confortable mais qui ne sont jamais satisfaites. Certains s’enrichissent...

Lire

A lire aussi

Les incroyables bienfaits santé des huiles essentielles

Les incroyables bienfaits santé des huiles essentielles

Nous avons tendance à croire que les huiles essentielles servent uniquement à améliorer la qualité de la peau....

Lire

Quelques conseils pour améliorer sa fertilité

Quelques conseils pour améliorer sa fertilité

Vous voulez un enfant et vous avez décidé de mettre toutes les chances de votre côté pour y arriver ? Voici qu...

Lire

Voici comment faire disparaitre tous les insectes en 1 heure seulement !

Voici comment faire disparaitre tous les insectes en 1 heure seulement

Moustiques, mouches, cafards… ces insectes qui élisent souvent domicile dans nos maisons peuvent être de vérit...

Lire
L'annuaire des professionnels

Sur le même sujet

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils »

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils »

Il y a des personnes qui ont une vie confortable mais qui ne sont jamais satisfaites. Certains s’enrichissent...

Lire

« Ma mère m’a sorti de l’enfer de la drogue synthétique »

« Ma mère m’a sorti de l’enfer de la drogue synthétique »

Nilesh (prénom fictif) se sentait mal-aimé et frustré, il est tombé dans le piège de la drogue synthétique mai...

Lire

10 idées reçues sur le suicide

10 idées reçues sur le suicide

Les êtres humains sont bourrés de préjugés. Tout est bon pour pointer du doigt, pour juger ou pour coller des...

Lire
La réponse

Bonjour, Les troubles sexuels à type de difficulté d'érection ainsi que l'éjaculation précoce sont un sujet bien souvent t...

Vous avez une question?

Les sujets plus

Boules de chair : 5 traitements maison pour s’en débarrasser

Boules de chair : 5 traitements maison pour s’en débarrasser

Acrochordons, polype fibroépithélial, papillome fibro-épithélial… ces noms ne vous disent rien ? Évidemment, p...

Lire

Taches foncées sur votre peau ? Essayez ceci

Taches foncées sur votre peau ? Essayez ceci

Vous avez des taches foncées sur le visage ? Vous pensez acheter des crèmes ? Avant de vous tourner vers des p...

Lire

Graisse abdominale : une recette miracle pour la perdre rapidement !

Graisse abdominale : une recette miracle pour la perdre rapidement !

Vous avez de la graisse au niveau de votre abdomen ? En plus de changer notre apparence physique, elle peut a...

Lire

Dites adieu aux cafards grâce à ce remède miracle

Dites adieu aux cafards grâce à ce remède miracle

Les cafards, quelle nuisance ! Ils sont malpropres, désagréables et se reproduisent à une vitesse incroyable....

Lire

Astuces naturelles pour en finir avec les lézards

Astuces naturelles pour en finir avec les lézards

Fatigue trouv lezar dans lakaz ? Ils sont sales, ils sont partout dans la maison ; dans la cuisine, dans votre...

Lire

Dr Kevin Teerovengadum : « Opérer un enfant : un acte méticuleux »

Dr Kevin Teerovengadum : « Opérer un enfant : un acte méticuleux »

Il est le seul chirurgien pédiatrique à Maurice et il travaille à la Fortis Clinique Darné. Depuis 2009, il op...

Lire

Je ne voulais pas faire cette césarienne ; ils m’ont forcée

Je ne voulais pas faire cette césarienne ; ils m’ont forcée

Comme tant d’autres femmes, elle n’avait pas les moyens de suivre un traitement à la clinique. Comme elles, el...

Lire

Alain Jeannot : « A Maurice, les femmes conduisent mieux que les hommes ! »

Alain Jeannot : « A Maurice, les femmes conduisent mieux que les homme

« Eh guet sa loto la kuma pe rouler, sa sir enn fam ki pe condir sa ! Ayo ramass so permi doh ! » Combien de f...

Lire

L’ail, ce superaliment dans votre cuisine !

L’ail, ce superaliment dans votre cuisine !

Nous connaissons tous le dicton « une pomme par jour, santé toujours (an apple a day keeps the doctor away)»....

Lire

L’augmentation mammaire pour de plus gros seins, mais pas que…

L’augmentation mammaire pour de plus gros seins, mais pas que…

L’augmentation mammaire par implant est l’intervention de référence en matière d’augmentation du volume des se...

Lire

Quand il est question de sport, avez-vous une préférence pour les sports en plein air, collectifs ou alors les sports individuels ? Pour vous, l’important c’est de participer ou de gagner ? Faites le test pour le savoir !

Faites le test
9 question(s)

Vous êtes maman et la grossesse n’a pas de secret pour vous ? Ou alors venez tout juste d’apprendre que vous êtes enceinte (félicitations !) et vous vous êtes documentée à fond sur toutes les étapes de la grossesse. Que savez-vous vraiment de la grossesse ? Faites le test pour le découvrir !

Faites le test
10 question(s)

Avoir une bonne hygiène de vie, ça dépend de plusieurs choses. Le rythme de vie, l’alimentation, l’exercice physique. Pensez-vous avoir une bonne hygiène de vie ? C’est le moment de le découvrir. Faites le test et surtout répondez honnêtement aux questions.

Faites le test
10 question(s)
Parlons-Nous
Vous souhaitez témoigner, partager votre expérience ? Contacter Anne Gaelle en écrivant à redaction@objectifsante.mu

Rechercher

L'annuaire des professionnels

Message envoyé!

Merci de votre message, nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Contactez-nous

Mettez du bien-être dans votre boîte mail

Abonnez-vous à la newsletter

Merci de vous être abonné.