Goolam et Khursheed l’enseignement dans le sang

Ils ont vu grandir tant de petits Mauriciens en enseignant dans le primaire. Lui, a été prof toute sa vie. Il a travaillé pendant les années 70 ; les choses étaient bien différentes à l’époque. Aujourd’hui  , sa fille est elle aussi enseignante ; il est fier. Père et fille, nous parlent de leur métier et de tout ce qui a changé au fil du temps.

Khursheed : commencer pour la famille, continuer par amour

Khursheed, avez-vous toujours voulu être enseignante ?

Au début, non. Mon père était enseignant et j’avais le plus grand respect pour le métier. Mais je travaillais dans le privé ; je travaillais beaucoup, mon fils était petit et j’étais épuisée. Donc, je l’avoue, c’était surtout pour passer plus de temps avec mon fils et ma famille que j’ai décidé d’être enseignante. Puis, papa était là pour m’encourager. Je me suis dit que ça allait être plus facile.

Est-ce vraiment un métier facile ?

Non (rires). Je me souviens du premier jour ; j’étais stupéfaite de voir 45 élèves dans une classe. Certains croient que travailler avec les petits est plus facile, ce n’est pas le cas. Ce sont des bébés ; 45 bébés à surveiller, guider, gronder. Ce n’est pas facile.

Avez-vous eu des élèves particulièrement difficiles ?

Vous savez, cela dépend aussi de l’école, de l’endroit. J’ai remarqué que les parents et enfants qui habitent la ville peuvent être plus exigeants. Mais je me souviens d’un garçon particulièrement turbulent. Sa garson la ti pe fer mwa trouv zekler ! (rires) Il n’écoutait jamais, il prétendait mieux savoir que vous… Il emmenait jusqu’à Rs.500 à l’école ; c’était un enfant trop choyé, je ne n’y pouvais rien.

Des parents particulièrement difficiles ?

Oui. Il y a ceux qui prétendent mieux savoir que vous. Eux sont médecins, avocats… ils ne vous écoutent pas, ne vous respectent pas. Mais il y a aussi des parents très reconnaissants qui, même après des années, vous reconnaissent dans la rue.

Un élève qui vous a particulièrement marquée ?

Ah oui. Plusieurs mais je me souviens d’une petite fille. Elle était parfaite : douce, appliquée, une belle écriture. Elle venait d’un milieu modeste mais elle a été admise au QEC. Je suis tellement contente pour elle.

Vous avez travaillé pendant 10 ans. Les choses ont-elles changé ?

Oui. La technologie nous facilite la vie mais les élèves sont souvent plus informés que vous. Avant, quand je mettais une vidéo, les enfants fixaient l’écran avec intérêt. Maintenant, cela ne les impressionne pas.

S’attache-t-on aux élèves ?

Ah oui ! L’enseignante sait si son élève est malade, s’il a des soucis à la maison… Je suis un peu comme la maman. On devient même un peu possessif. Mo pa kontan kan lezot dimounn vinn kriye ar mo zelev (rires).

Vous avez commencé ce métier pour la famille mais avez-vous fini par l’aimer ?

Oui définitivement. Il y a des hauts et des bas mais j’aime ce métier. En travaillant avec les enfants, vous redevenez enfant ! On n’a l’impression de ne jamais vieillir.

Goolam : une vie à enseigner

Pourquoi avoir choisi l’enseignement ?

Par vocation. Je voulais toujours enseigner. Et c’était une belle coïncidence ; juste au moment où j’avais vraiment besoin d’un travail, j’ai eu la chance d’enseigner. J’ai commencé très jeune et je n’ai jamais arrêté. J’ai fait ce travail pendant au moins 47 ans.

Vous avez enseigné durant les années 70. Comment étaient les choses à cette époque ?

Très différentes. C’était plus difficile. Il n’y avait pas de livre pour les mathématiques ; pour l’anglais et le français, il y avait le « Book loan scheme » ; les élèves devaient retourner les livres à la fin de l’année donc tout se faisait dans les cahiers, sur les ardoises et sur le tableau. Les examens se faisaient sur le tableau. Je copiais les passages, les questions…

C’était plus difficile avant. Mais les élèves avaient-ils la soif de connaissance ?

Oui. L’éducation était valorisée. Ceux qui avaient connu la pauvreté et n’avaient pas eu accès à l’éducation faisaient de leur mieux pour éduquer leur enfant. Mais qu’il s’agisse d’avant ou de maintenant, il y a toujours eu des têtes brûlées et des travailleurs acharnés.

Et des parents difficiles ? Votre fille parle de certains parents qui prétendent mieux savoir que l’enseignant…

Oui ça aussi il y a toujours eu. Mais c’était plus rare avant, parce que les parents étaient plus simples. Avant, l’enseignant était vraiment le « guru » ; celui qui partage la connaissance. Maintenant, ce n’est pas le cas… Maintenant, il y a plus de femmes dans l’enseignement. Nous supposons que cela n’a pas toujours été le cas… Non avant il y avait plus d’hommes tout simplement parce que les femmes n’étaient pas éduquées. Ce n’est que quand l’éducation est devenue gratuite que les choses ont changé ; pour le meilleur bien sûr.

Khursheed dit se sentir comme une maman. Vous sentez-vous comme un papa avec vos élèves ?

La relation a évolué au fil du temps. Au début, je me sentais comme un grand frère, puis comme un papa. Finalement, lorsque je suis devenu grand-père, je considérais mes élèves comme mes petits-enfants.

Ce métier a fait de moi une personne plus patiente et plus attentive. Voilà pourquoi je l’aime tant.

Un homme et une femme. Deux générations différentes. Mais toujours le même amour pour l’enseignement.

Source : Votre magazine de santé connectée  

Sur le même sujet

Cette année, je m’épanouis au travail!

Cette année, je m’épanouis au travail!

Ça y est, c’est le début d’une nouvelle année ! Vous allez passer encore douze mois à travailler. Cela vous fa...

Lire

Aller au travail, pas toujours facile pour une maman

Aller au travail, pas toujours facile pour une maman

Mère au travail, mère coupable. Mère au travail, mère pas raisonnable ? « Mes enfants me manquent », un refrai...

Lire

Me Rashad Daureeawo SC : « Je salue le courage des femmes qui dénoncent le harcèlement sexuel au travail ! »

Me Rashad Daureeawo SC : « Je salue le courage des femmes qui dénoncen

Un énième cas de harcèlement sexuel vient d’être dénoncé. Et nous savons que ce cas n’est pas isolé. Une femme...

Lire

Me Rashad Daureeawo SC : « Je salue le c

Me Rashad Daureeawo SC : « Je salue le courage des femmes qui dénoncen

Un énième cas de harcèlement sexuel vient d’être dénoncé. Et nous savons que ce cas n’est pas isolé. Une femme...

Lire

Aller au travail, pas toujours facile po

Aller au travail, pas toujours facile pour une maman

Mère au travail, mère coupable. Mère au travail, mère pas raisonnable ? « Mes enfants me manquent », un refrai...

Lire

A lire aussi

Adoptez ces règles d’or pour rester en forme au quotidien !

Adoptez ces règles d’or pour rester en forme au quotidien !

Il n’y a pas 36 façons de rester en forme. Vous voulez vous sentir mieux dans votre corps ? Etre heureux ? Vou...

Lire

Voici pourquoi vous vous réveillez fatigué(e) le matin !

Voici pourquoi vous vous réveillez fatigué(e) le matin !

Lorsqu’on dort peu ou lorsqu’on a des horaires improbables, il est presque inévitable de se réveiller fatigué(...

Lire

Quatre solutions pour chasser les pensées négatives

Quatre solutions pour chasser les pensées négatives

Se faire du souci, ruminer sans cesse ses problèmes, s’apitoyer sur son sort. Oui, tout cela ne nous est pas i...

Lire
L'annuaire des professionnels

Sur le même sujet

Cette année, je m’épanouis au travail!

Cette année, je m’épanouis au travail!

Ça y est, c’est le début d’une nouvelle année ! Vous allez passer encore douze mois à travailler. Cela vous fa...

Lire

Aller au travail, pas toujours facile pour une maman

Aller au travail, pas toujours facile pour une maman

Mère au travail, mère coupable. Mère au travail, mère pas raisonnable ? « Mes enfants me manquent », un refrai...

Lire

Me Rashad Daureeawo SC : « Je salue le courage des femmes qui dénoncent le harcèlement sexuel au travail ! »

Me Rashad Daureeawo SC : « Je salue le courage des femmes qui dénoncen

Un énième cas de harcèlement sexuel vient d’être dénoncé. Et nous savons que ce cas n’est pas isolé. Une femme...

Lire

Vous avez une question?

Les sujets plus

Rubina: « Voilà ce que j'ai appris en étant prostituée »

Rubina: « Voilà ce que j'ai appris en étant prostituée »

Une ex prostituée. Celle qui a vu la face cachée de notre société. Celle qui a côtoyé le vice et la solitude d...

Lire

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Ce n’est un secret pour personne : les hommes adorent qu’on leur fasse une fellation. Mais attention, pas n’im...

Lire

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Ça pique trop ! Ce n’est pas propre ! Bah, tout le monde le fait… Pour des raisons d’hygiène ou simplement pou...

Lire

Dites adieu aux cafards grâce à ce remède miracle

Dites adieu aux cafards grâce à ce remède miracle

Les cafards, quelle nuisance ! Ils sont malpropres, désagréables et se reproduisent à une vitesse incroyable....

Lire

Astuces naturelles pour en finir avec les lézards

Astuces naturelles pour en finir avec les lézards

Fatigue trouv lezar dans lakaz ? Ils sont sales, ils sont partout dans la maison ; dans la cuisine, dans votre...

Lire

Nos conseils pour perdre du poids sainement

Nos conseils pour perdre du poids sainement

Oui, perdre du poids sainement est possible ! Avec l’aide de NATURHOUSE, nous vous proposons une vingtaine de ...

Lire

Alcoolisme : cri de cœur d’une femme

Alcoolisme : cri de cœur d’une femme

C’est un cri de cœur d’une de nos internautes. Et il nous pousse à la réflexion…...

Lire

5 remèdes naturels pour en finir avec le tartre

5 remèdes naturels pour en finir avec le tartre

Cachez ces horribles dents qu’on ne saurait voir ! Lorsqu’on a les dents recouvertes de tartre, on ose à peine...

Lire

Moi ; bonne, femme battue et fonceuse

Moi ; bonne, femme battue et fonceuse

Politiciens corrompus, ragots, des histoires de perte, de désespoir… Voilà des sujets qui intéressent, qui fon...

Lire

L’angine de la poitrine en quelques mots

L’angine de la poitrine en quelques mots

L’angine de la poitrine, aussi appelée angor, fait partie des maladies coronariennes. Elle est caractérisée pa...

Lire

Avez-vous une attitude saine envers le jeu ? Montrez-vous des signes de dépendance ? Pour vous aider à le savoir, nous avons, avec l'aide de Lottotech, créé ce test. Répondez aux questions et choisissez une seule réponse.

Faites le test
8 question(s)

Les accidents arrivent toujours soudainement. Quels sont les premiers gestes ? Savez-vous comment réagir face à un accident ? Faites ce test pour le savoir. Il vous permettra aussi de retenir les informations essentielles.

Faites le test
10 question(s)

Alors que beaucoup de personnes atteignent l’orgasme pendant leurs ébats sexuels, d’autres ont encore du mal. Si on parle d’orgasme comme étant le point culminant du plaisir sexuel, bon nombre de personnes ne savent toujours pas de quoi il s’agit. Et vous, êtes-vous incollable sur le sujet ? Testez vos connaissances !

Faites le test
10 question(s)
Parlons-Nous
Vous souhaitez témoigner, partager votre expérience ? Contacter Anne Gaelle en écrivant à redaction@objectifsante.mu

Rechercher

L'annuaire des professionnels

Message envoyé!

Merci de votre message, nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Contactez-nous

Mettez du bien-être dans votre boîte mail

Abonnez-vous à la newsletter

Merci de vous être abonné.