« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils » | Objectif Santé

« Avec Rs 5000 par mois j’ai bâti une maison et élevé seule mon fils »

Il y a des personnes qui ont une vie confortable mais qui ne sont jamais satisfaites. Certains s’enrichissent sur la tête des autres. Il y a aussi ceux qui sont dans la misère et qui se plaignent, qui attendent que l’aide vienne des autres. Puis il y a elle, une femme frêle qui s’est battue, a persévéré et a donné une vie meilleure à son enfant. Toute seule.

C’est une femme menue à l’apparence fragile que je rencontre. Elle est courtoise, souriante. Sous cette apparence fragile se cache une battante. Il y a des personnes comme ça ; qui font face aux difficultés, qui se battent dignement, calmement. Sans se plaindre. Sans se vanter. C’est la raison pour laquelle elle accepte de témoigner à visage découvert puis se ravise. Elle est une personne simple ; elle ne veut pas que les yeux soient braqués sur elle. Elle nous accorde cette interview seulement pour encourager les femmes à ne jamais baisser les bras.

Nous l’appellerons Amreen. Elle n’a pas fait de grandes études mais elle est une fonceuse. Elle a eu une enfance simple, elle a connu la misère ; elle ne prend rien pour acquis. A 25 ans, elle se marie. C’est un mariage arrangé ; le monsieur l’a vue dans un mariage et a fait sa demande. Après maintes hésitations, les parents acceptent. Elle se marie à un homme qu’elle ne connait pas vraiment. Lorsqu’elle apprend à le connaitre, elle est déçue. Il ne veut pas travailler, il n’assume pas ses responsabilités ; parfois, lorsqu’il a besoin d’argent, il prend des choses dans la maison et il vend. Après un an, elle tombe enceinte. Son mari est toujours aussi froid, toujours aussi irresponsable, toujours aussi indifférent. Avec son gros ventre, elle part travailler. Elle travaillera durant toute sa grossesse.

Durant cette grossesse, pas de repos, pas d’encouragement, pas d’affection. Elle fait ce qu’elle peut, elle mange ce qu’elle a. D’autres femmes sont chouchoutées durant la grossesse ; le mari les accompagne pour l’échographie, elles ont des ‘envies’ ; elles réclament du tamarin, du chocolat… Amreen était juste contente d’avoir de quoi se nourrir :

« Souvan mo ti pe manz zis impe diri, dall ek zasar. Pa ti pe gagne bon manzer. Mo ti feb. Quand j’ai accouché, je n’avais pas suffisamment de force pour pousser. Heureusement que mon bébé allait bien. »

Etre maman. Etre pauvre, être épuisée. Vivre avec un homme indifférent. Etre livré à soi-même mais se dire qu’il faut persévérer. Pour soi-même et pour ce petit bout de chou aux grands yeux. Pour ce petit bout de chou innocent qui n’y est pour rien. Ce n’est pas de sa faute si papa l’a conçu pour après le négliger. Mais il sait que maman l’aime. Sauf que maman se décourage quelques fois :

« Je faisais tout ce que je pouvais pour mon enfant. Mais cela arrivait que je manque d’argent. Je me souviens d’un jour où je n’avais pas d’argent pour acheter du lait pour mon fils. A l’époque, une boite de lait coûtait Rs. 126. Monn dir mo mari, aste dile la. Linn dir non. Cette nuit-là, le cœur lourd, j’ai étanché la soif de mon bébé avec de l’eau chaude. Puis, je l’ai fait boire avec moi. »

A quoi bon rester avec un tel mari ? Elle ne se plaint pas, ne reproche pas. Dignement, tranquillement, elle prend ses affaires et son enfant et s’en va. Débute alors un nouveau combat. Cette femme sait qu’il n’y a qu’elle et son enfant. Qu'elle devra grandir seule son enfant. Que l’aide ne viendra pas d’ailleurs ; c’est elle qui doit prendre les choses en main. Elle décide de construire une maison. Entre temps, elle habite chez sa mère. Même avec les Rs. 5000 qu’elle gagne par mois, elle se fait un devoir d’acheter un petit cadeau pour la maman chaque mois, en guise de reconnaissance.

Etre une petite femme fragile. Avoir la grande ambition de construire une maison. C’est elle qui va voir le maçon, c’est elle qui va discuter avec le camionneur, c’est elle qui ira à la quincaillerie pour les matériaux. Elle est timide, elle hésite mais elle le fait :

« J’étais un peu hésitante lorsqu’il fallait parler aux hommes. Je n’avais pas l’habitude. Mo ti pe honter. Ena fwa mo dir ‘exkiz mwa missie si mo pe mal kozer’. Et eux me rassuraient, me disaient ‘non madame, ou pa pe mal dire narien ou’ »

Elle demande un prêt à la banque. Elle ne suscite l’aide de personne d’autre. La maison se construit. Munie de patience et de courage, elle attend :

« Je me faisais un devoir de payer les maçons. Je gérais mon argent. Je mettais de côté l’argent que je devais dépenser pour mon enfant, je mettais aussi de côté l’argent que je devais utiliser pour payer les maçons. Avec ce qui restait j’achetais de la nourriture pour moi. »

Elle a connu la misère mais veut donner une belle vie à son enfant. « Mon enfant ne connaitra aucune privation », se dit-elle. Elle gagne Rs. 5000 mais dépense Rs. 1000 pour que son enfant puisse voyager dans le van scolaire.

« Je travaillais pendant la pause du matin. Je travaillais durant l’heure du déjeuner. Ils me payaient Rs. 1500 à Rs 2000 pour cet overtime. Je dois avouer qu’au travail j’étais entourée de gens qui admiraient mon courage et ma patience. Donc, quand je travaillais plus, j’étais payée. Et je n’ai jamais eu peur de travailler. »

Brique par brique, la maison se construit. Après 4 ans, elle peut finalement s’installer dans une maison. La sienne. Une maison qu’elle n’a héritée de personne, qu’elle a fait construire à la sueur de son front. Petit à petit, son fils grandit aussi. Il ne manque de rien. Il est éduqué, choyé. Papa ne lui manque pas ; sa mère a été à la fois le papa et la maman.

« Au début il avait peur. Il me voyait grimper pour changer une ampoule et me disais ‘ ayo mama, to pu tomber’. Et puis, il a réalisé qu’il ne fallait pas avoir peur. Changer les ampoules, réparer la télévision… Je faisais tout par moi-même. Monn apran debriye. »

Se débrouiller, persévérer. Ne demander de l’aide à personne ; mais se confier à Dieu. Savoir que Dieu nous accompagne, à chaque étape. Se dire que quand on a la foi et qu’on travaille honnêtement, rien n’est impossible.

« Mo remercier bondie. Linn byen aide mwa. Aujourd’hui mon fils a 20 ans. Moi j’ai toujours admiré le métier d’infirmier, je suis moi-même garde-malade durant mon temps libre. Donc, après le collège, mon fils a suivi des cours en Healthcare. Il sera infirmier ; je suis très fière, j’ai toujours pensé qu’il s’agit d’un métier très noble. Maintenant, j’espère juste qu’il arrive à trouver du travail. »

Elle travaille toujours dans la même compagnie. Pendant le week-end, elle est garde-malade. Elle travaille 7 jours sur 7. Elle a eu l’habitude de travailler dur. Aujourd’hui, elle regarde sa maison, elle regarde son fils, elle est fière. Elle aurait pu se remarier ; elle n’a pas trouvé cela nécessaire. Son message ?

« Il ne faut jamais jamais se décourager. Une femme peut faire tant de choses ; et elle peut les faire sans un mari. Sortir de la pauvreté et s’offrir une vie meilleure, c’est possible. Quand on veut, on peut ! »

Il y a des gens qui tiennent de grands discours sur l’intégration sociale. Il y a wonderwoman, qui, dans son beau costume et armée de ses  pouvoirs, sauve le monde. Il y a aussi des femmes comme Amreen, qui, sans épée ni bouclier, se battent. Elle a refusé d’être une victime, elle a fait des petits sacrifices et de grands efforts. Pour elle et son enfant. Son parcours est son message. Oui, quand on veut on peut !

Sur le même sujet

« Mon frère m’a entrainé dans l’alcool, mon épouse m’a sauvé »

« Mon frère m’a entrainé dans l’alcool, mon épouse m’a sauvé »

Influencé par son frère et ses amis, il est tombé dans l’alcool. Toutes les nuits, il rentrait chez lui ivre....

Lire

Maladie grave : accepter le diagnostic et continuer à vivre

Maladie grave : accepter le diagnostic et continuer à vivre

Quand une maladie grave vient chambouler notre vie ou celle de quelqu’un qu’on aime, on n’a pas d’autres choix...

Lire

« Mon mari est alcoolique et ma vie est devenue un enfer »

« Mon mari est alcoolique et ma vie est devenue un enfer »

Elle n’en peut plus. Pendant 12 années, elle a vécu un calvaire avec son mari alcoolique. Elle a tout essayé,...

Lire

Défiguré, Richard Lee Norris est devenu

Défiguré, Richard Lee Norris est devenu mannequin et a trouvé l’amour

Une dispute avec sa mère a bouleversé sa vie à jamais. Richard Lee Norris est devenu méconnaissable et dépress...

Lire

Comment vaincre la souffrance émotionnel

Comment vaincre la souffrance émotionnelle en 5 étapes ?

Qui n’a jamais vécu une expérience tellement douloureuse qu’elle a fini par causer une souffrance émotionnelle...

Lire

A lire aussi

Boire du vin : attention au sucre !

Boire du vin : attention au sucre !

A l’apéro, en pique-nique, en soirée ou en visite chez la famille, partager une bouteille (ou plus) de vin, c’...

Lire

Les bienfaits du drainage lymphatique

Les bienfaits du drainage lymphatique

Le drainage lymphatique fait partie des nombreux massages à visée thérapeutique ou esthétique existante. À vra...

Lire

Soupe de poisson : la recette !

Soupe de poisson : la recette !

Cela vous tente, une délicieuse soupe de poisson pour vous réchauffer le corps en ce temps hivernal ? Avec la...

Lire
L'annuaire des professionnels

Sur le même sujet

« Mon frère m’a entrainé dans l’alcool, mon épouse m’a sauvé »

« Mon frère m’a entrainé dans l’alcool, mon épouse m’a sauvé »

Influencé par son frère et ses amis, il est tombé dans l’alcool. Toutes les nuits, il rentrait chez lui ivre....

Lire

Maladie grave : accepter le diagnostic et continuer à vivre

Maladie grave : accepter le diagnostic et continuer à vivre

Quand une maladie grave vient chambouler notre vie ou celle de quelqu’un qu’on aime, on n’a pas d’autres choix...

Lire

« Mon mari est alcoolique et ma vie est devenue un enfer »

« Mon mari est alcoolique et ma vie est devenue un enfer »

Elle n’en peut plus. Pendant 12 années, elle a vécu un calvaire avec son mari alcoolique. Elle a tout essayé,...

Lire
La réponse

Bonjour Madame Il y a peut -être un probleme d'allergie sous-jacente ou d'infection qui provoque l'écoulement nasal. L'...

La réponse

Bonjour Madame Répétez votre dosage de Prolactine tôt le matin avant le stress de la journée. Soyez sur que toutes les ...

Vous avez une question?

Les sujets plus

Dites adieu aux cafards grâce à ce remède miracle

Dites adieu aux cafards grâce à ce remède miracle

Les cafards, quelle nuisance ! Ils sont malpropres, désagréables et se reproduisent à une vitesse incroyable....

Lire

Rubina: « Voilà ce que j'ai appris en étant prostituée »

Rubina: « Voilà ce que j'ai appris en étant prostituée »

Une ex prostituée. Celle qui a vu la face cachée de notre société. Celle qui a côtoyé le vice et la solitude d...

Lire

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Ce n’est un secret pour personne : les hommes adorent qu’on leur fasse une fellation. Mais attention, pas n’im...

Lire

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Ça pique trop ! Ce n’est pas propre ! Bah, tout le monde le fait… Pour des raisons d’hygiène ou simplement pou...

Lire

Astuces naturelles pour en finir avec les lézards

Astuces naturelles pour en finir avec les lézards

Fatigue trouv lezar dans lakaz ? Ils sont sales, ils sont partout dans la maison ; dans la cuisine, dans votre...

Lire

Onychomycose ou infection des ongles : tout savoir sur le sujet

Onychomycose ou infection des ongles : tout savoir sur le sujet

Une onychomycose est une infection des ongles assez courante chez les adultes dans les pays tropicaux. Différe...

Lire

Problèmes d'érection : comment y remédier ?

Problèmes d'érection : comment y remédier ?

Se sentir impuissant. C’est le cauchemar de tous les hommes. Comment alors faire face aux troubles de l’érecti...

Lire

4 masques au curcuma (safran) pour en finir avec les cicatrices d’acné

4 masques au curcuma (safran) pour en finir avec les cicatrices d’acné

Les cicatrices d’acné peuvent parfois être disgracieuses et impacter notre estime de soi. Heureusement, il exi...

Lire

Terry, 21 ans : « Je ne toucherai plus jamais à la drogue synthétique »

Terry, 21 ans : « Je ne toucherai plus jamais à la drogue synthétique

Le pays va mal depuis que la drogue synthétique a inondé le marché. On a beau expliquer aux jeunes les méfaits...

Lire

Cerveau de l’homme, cerveau de la femme ; quelles différences ?

Cerveau de l’homme, cerveau de la femme ; quelles différences ?

Hier, j’ai passé la soirée chez ma copine Neha et son mari Yavin. Nous regardions un film ; j’ai assisté à une...

Lire

Avez-vous une attitude saine envers le jeu ? Montrez-vous des signes de dépendance ? Pour vous aider à le savoir, nous avons, avec l'aide de Lottotech, créé ce test. Répondez aux questions et choisissez une seule réponse.

Faites le test
8 question(s)

Les accidents arrivent toujours soudainement. Quels sont les premiers gestes ? Savez-vous comment réagir face à un accident ? Faites ce test pour le savoir. Il vous permettra aussi de retenir les informations essentielles.

Faites le test
10 question(s)

Alors que beaucoup de personnes atteignent l’orgasme pendant leurs ébats sexuels, d’autres ont encore du mal. Si on parle d’orgasme comme étant le point culminant du plaisir sexuel, bon nombre de personnes ne savent toujours pas de quoi il s’agit. Et vous, êtes-vous incollable sur le sujet ? Testez vos connaissances !

Faites le test
10 question(s)
Parlons-Nous
Vous souhaitez témoigner, partager votre expérience ? Contacter Anne Gaelle en écrivant à [email protected]

Rechercher

L'annuaire des professionnels

Message envoyé!

Merci de votre message, nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Contactez-nous

Ce formulaire recueille votre nom, numéro de téléphone et adresse e-mail afin que nous puissions répondre à votre demande. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.

Mettez du bien-être dans votre boîte mail

Abonnez-vous à la newsletter

Merci de vous être abonné.