Épilepsie : savoir la reconnaître, la soigner et la prévenir | Objectif Santé

Épilepsie : savoir la reconnaître, la soigner et la prévenir

Épilepsie provient d’un mot grec qui signifie « être saisi ». D’ailleurs, dans beaucoup de cas, la crise d’épilepsie se manifeste par des convulsions subites dues à des décharges d’influx nerveux anormaux dans le cerveau. Toutefois, il faut savoir que ces crises ne sont pas toujours accompagnées de mouvements saccadés. On les reconnaît alors à travers des sensations anormales comme des hallucinations olfactives ou auditives, accompagnées ou non de perte de conscience, d’un regard fixe ou des gestes répétitifs involontaires.

Par ailleurs, il arrive aussi que les jeunes enfants aient des convulsions lors d’une poussée de fièvre. Il s’agit de convulsions fébriles qui disparaissent souvent vers l’âge de 5 ou 6 ans, mais pas d’une forme d’épilepsie. Cependant, il est nécessaire de consulter un médecin lorsque de telles convulsions apparaissent.

Épilepsie : quelles sont les causes ?

D’abord, sachez que l’épilepsie n’est pas une maladie à proprement parler, mais plutôt le signe d’un trouble au niveau de la fonction cérébrale. Cela peut être dû à différents processus pathologiques. Lorsque l’épilepsie se manifeste à l’âge adulte, elle est souvent signe d’une atteinte localisée, par exemple, une mauvaise irrigation du sang dans le cerveau, une tumeur cérébrale ou encore une ancienne blessure à la tête. Chez les enfants, elle peut être attribuée à une méningite qui est survenue à un jeune âge ou à des anomalies dans le développement du cerveau. Mais, elle est souvent héréditaire.

Bien que l’on sache que l’épilepsie est transmise génétiquement, on ne peut encore comprendre en quoi le cerveau d’une personne atteinte par une forme héréditaire de l’épilepsie est différent, ni les circonstances qui mènent à une crise. Cependant, les personnes atteintes arrivent à reconnaître des facteurs déclencheurs, notamment :

Les types de crises d’épilepsie

Il existe deux grands types de crises d’épilepsie, à savoir :

  • Les crises partielles qui se limitent à une région du cerveau précise
  • Les crises généralisées, qui s’étendent à toutes les parties du cerveau

Les crises partielles

  • Les crises partielles simples. Elles durent quelques minutes en général pendant lesquelles l’individu est conscient.
  • Les crises partielles complexes. Pendant ces crises le sujet est dans un état de conscience altérée et ne répond pas aux stimulations tandis que son regard reste fixe.

À noter

on parle d’épilepsie lorsque les crises se répètent. Le fait d’avoir eu une seule crise de convulsions ne signifie pas que vous êtes épileptique. Cette crise peut être due à plusieurs facteurs : traumatisme crânien, méningite, accident vasculaire cérébral, surdosage de médicaments, sevrage à une drogue, etc.

Les crises généralisées

  • Les absences généralisées (« petit mal ») concernent habituellement les enfants âgés de 5 à 10 ans. La crise s’accompagne d’une perte de connaissance et dure 10 à 30 secondes. Le sujet perd contact avec son environnement et n’a aucun souvenir de ce qui s’est produit pendant la crise.
  • Les crises tonicocloniques (« grand mal »). Elles provoquent une chute au sol, une perte de conscience ainsi que des spasmes musculaires dans tout le corps, et ce, pendant une à deux minutes. Il peut aussi arriver que le sujet ne maîtrise plus sa vessie. Après la crise, lorsque le sujet reprend conscience, il peut se sentir confus, désorienté ou alors avoir des maux de tête et se sentir très fatigué. Les douleurs musculaires peuvent persister pendant quelques jours.
  • Les crises myocloniques. Elles sont plus rares et sont caractérisées par des secousses brusques des bras et des jambes. Ces types de crises durent quelques secondes seulement selon qu’il s’agit d’une secousse unique ou d’une série de secousses et ne provoquent pas de confusion.
  • Les crises atoniques. Elles sont peu courantes et la personne qui en est victime s’effondre brusquement à cause d’une perte de tonus musculaire. Le sujet reprend connaissance après quelques secondes et parvient à se relever et à marcher.

Les symptômes de la crise d’épilepsie

  • Une respiration bruyante
  • Dans certains cas, il y a convulsions
  • Des perceptions modifiées comme le goût et l’odorat, entre autres
  • Des périodes d’évanouissement ou de conscience altérée. Il arrive que les yeux restent ouverts, que la personne ait un regard fixe et ne réagisse plus
  • Parfois, une aura précède la crise. Il s’agit d’une sensation : une hallucination olfactive ou une sensation de déjà vu. Elle peut aussi se manifester par de l’agitation ou un sentiment d’irritabilité. Lorsque la personne reconnaît ces sensations liées à l’aura, elle doit s’allonger afin de prévenir une chute.

Les personnes à risque

  • Les personnes ayant des antécédents familiaux d’épilepsie. L’hérédité aurait un rôle à jouer dans certaines formes d’épilepsie.
  • Les personnes ayant eu un traumatisme au cerveau à cause d’un coup violent, d’un accident vasculaire cérébral, d’une méningite, etc. sont légèrement plus à risque.

Traitements de l’épilepsie

Dans la majorité des cas, des médicaments anticonvulsifs sont prescrits afin d’éliminer ou de réduire la fréquence des crises. À savoir que ces médicaments existent sous plusieurs formes et que leur efficacité n’est pas le même chez tous les patients. Il arrive que le médecin essaye quelques médicaments avant de déterminer le médicament qui convient le mieux à un patient.

Cependant, il ne faut pas oublier que plusieurs médicaments anticonvulsifs provoquent des effets secondaires. Par exemple, certains peuvent diminuer les fonctions mentales tandis que d’autres augmentent la pilosité du visage lui donnant même un aspect inexpressif. D’autre part, ils peuvent également réduire l’efficacité des contraceptifs oraux ou alors entraîner des malformations dès la naissance.

Une personne n’ayant pas eu de crise pendant un an peut, sous la recommandation de son médecin, arrêter graduellement de prendre ses médicaments. Dans deux cas sur trois, les crises ne réapparaissent jamais.

Lorsqu’il s’agit d’épilepsie provoquée par des dommages dans une partie du cerveau, le recours à la chirurgie devient nécessaire, surtout quand la prise de médicaments n’est pas suffisante. La fréquence à laquelle surviennent les crises peut alors être réduite grâce à la pose d’un appareil ressemblant à un stimulateur cardiaque. Celui-ci agit sur un nerf situé dans le cou (le nerf vague) en le stimulant de façon intermittente. En effet, une personne disposant de cet appareil peut prévenir l’apparition d’une crise en passant un petit aimant au-dessus de l’implant afin d’activer le stimulateur.

Les femmes sexuellement actives et souffrant d’épilepsie doivent se tourner vers leur médecin et leur parler des mesures à prendre pour réduire les risques de malformations congénitales. À savoir que l’épilepsie peut aussi être à l’origine de plusieurs troubles sexuels et qu’il existe bien des traitements.

Prévention de la crise d’épilepsie

Puisqu’il n’est pas encore possible d’identifier la cause exacte derrière une crise d’épilepsie, il est difficile de faire des recommandations en matière de prévention.

Toutefois, pour éviter les crises d’épilepsie provoquées par un traumatisme crânien, il convient d’appliquer les mesures de sécurité de base. Nous faisons référence, entre autres, au port d’un casque à vélo, à l’utilisation de la ceinture de sécurité, au port d’un casque protecteur notamment lors d’activités risquées comme escalader une paroi, exécuter des travaux de construction, conduire une moto, etc.

Mesures pour réduire la fréquence des crises

Si vous souffrez déjà d’épilepsie, votre objectif doit être de réduire la fréquence des crises, et ce, en évitant à tout prix de vous exposer aux facteurs déclencheurs possibles que vous aurais pu identifier.

Il faut savoir que les déclencheurs les plus fréquents sont :

  • Des émotions fortes
  • Des lumières qui clignotent par exemple dans des jeux vidéo ou des discothèques, etc.
  • Une musique trop forte
  • Des activités physiques trop intenses

D’autres déclencheurs possibles :

  • Le stress
  • Une fièvre
  • La période menstruelle
  • Le manque de sommeil

Ce n’est pas un secret, adopter un mode de vie sain est un complément indispensable aux traitements médicaux permettant de mieux contrôler les crises. Voici quelques conseils de base :

  • Ne pas prendre de drogues
  • Avoir une alimentation équilibrée et manger à des heures régulières
  • Bannir les stimulants de son alimentation : tabac, café, thé, boissons qui contiennent de la caféine comme le cola ou encore les boissons énergisantes
  • Puisque l’alcool peut interférer avec l’action de certains médicaments anticonvulsivants et par conséquent leur efficacité, les personnes consommant des boissons alcoolisées devraient en discuter avec leur médecin. À noter que si le traitement est suivi à la lettre et que les crises sont bien contrôlées, le sujet pourra prendre 1 à 2 consommations par jour, pas plus, car cela augmenterait le risque de crise.

Sur le même sujet

Maladie de Parkinson : témoignage de vie d’Isabelle

Maladie de Parkinson : témoignage de vie d’Isabelle

Le mari d’Isabelle souffre de la maladie de Parkinson depuis plusieurs années déjà. Pour cette femme de 45 ans...

Lire

La maladie de Parkinson ; ces mythes qui perdurent toujours

La maladie de Parkinson ; ces mythes qui perdurent toujours

En ce 11 avril nous observons la journée mondiale de la maladie de Parkinson. La maladie de Parkinson ; une ma...

Lire

Comment soigner la sciatique : les différents traitements

Comment soigner la sciatique : les différents traitements

La sciatique est une conséquence d’une compression du nerf sciatique. Elle cause généralement une douleur vive...

Lire

Alzheimer : quand les pertes de mémoire

Alzheimer : quand les pertes de mémoire apparaissent-elles vraiment ?

L’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui entraine un déclin des facultés cognitives et de la mémoire....

Lire

Dr Lam, neurologue : « 75 % des AVC peuv

Dr Lam, neurologue : « 75 % des AVC peuvent être prévenus »

Le Dr Dominique Lam est neurologue à Fortis Clinique Darné. Lorsqu’il parle de l’Accident Vasculaire Cérébral,...

Lire

A lire aussi

Pourquoi certains moustiques préfèrent le sang humain ?

Pourquoi certains moustiques préfèrent le sang humain ?

Sur les quelques 3 500 espèces de moustiques connues dans le monde, seuls quelques-uns piquent principalement...

Lire

Pourquoi l’insuline fait-elle grossir ?

Pourquoi l’insuline fait-elle grossir ?

La prise de poids est un effet secondaire fréquent chez les personnes qui prennent de l’insuline – une hormone...

Lire

Astuces surprenantes avec des pommes de terre

Astuces surprenantes avec des pommes de terre

En frites, sautées au four, dans un curry, on adore les pommes de terre ! En plus elles sont riches en protéin...

Lire
L'annuaire des professionnels

Sur le même sujet

Maladie de Parkinson : témoignage de vie d’Isabelle

Maladie de Parkinson : témoignage de vie d’Isabelle

Le mari d’Isabelle souffre de la maladie de Parkinson depuis plusieurs années déjà. Pour cette femme de 45 ans...

Lire

La maladie de Parkinson ; ces mythes qui perdurent toujours

La maladie de Parkinson ; ces mythes qui perdurent toujours

En ce 11 avril nous observons la journée mondiale de la maladie de Parkinson. La maladie de Parkinson ; une ma...

Lire

Comment soigner la sciatique : les différents traitements

Comment soigner la sciatique : les différents traitements

La sciatique est une conséquence d’une compression du nerf sciatique. Elle cause généralement une douleur vive...

Lire
La réponse

Bonjour Monsieur Je comprends que vous ayez des difficultés à en parler mais rassurez-vous ; vous n'avez aucune raison d'ê...

Vous avez une question?

Les sujets plus

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Ça pique trop ! Ce n’est pas propre ! Bah, tout le monde le fait… Pour des raisons d’hygiène ou simplement pou...

Lire

6 choses qui vous font échouer à votre examen du permis de conduire

6 choses qui vous font échouer à votre examen du permis de conduire

Vous avez échoué à votre examen de permis de conduire ? Ou, vous vous apprêtez à passer l’examen et avez peur...

Lire
Moi

Taches blanches sur la peau ? Voici les remèdes

Taches blanches sur la peau ? Voici les remèdes

Vous avez des taches blanches sur la peau ? Elles se trouvent sur le visage, le cou, l’abdomen ou les bras et...

Lire

Votre urine sent fort ? En voici les causes !

Votre urine sent fort ? En voici les causes !

L’odeur de votre pipi ne vous interpelle pas forcément. Après tout, ce n’est qu’une odeur d’urine ! Mais parfo...

Lire

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Ce n’est un secret pour personne : les hommes adorent qu’on leur fasse une fellation. Mais attention, pas n’im...

Lire

Combien de cheveux avons-nous ? Pourquoi deviennent-ils blancs ? Les couper les rend-ils plus forts ? Etes-vous incollable sur les cheveux ? Faites le test pour le savoir !

Faites le test
10 question(s)

L’acné concerne uniquement les adolescents, manger du chocolat donne des boutons, il ne faut pas se maquiller quand on a de l’acné… les idées reçues concernant l’acné sont nombreuses mais sont-elles vraies ? Que savez-vous réellement de l’acné ? Faites ce test pour évaluer vos connaissances sur le sujet.

Faites le test
8 question(s)

On trouve tout un tas de produits minceur sur le marché : réducteurs d’appétit, boissons détox, pilules anti-graisses, produits allégés, etc. De plus en plus de personnes ressentent l’envie de maigrir au plus grand bonheur des laboratoires. Elles semblent bouder les alliés minceur que la nature leur offre. Mais les connaissent-ils seulement ? Et vous, saurez-vous les trouver ? Faites ce test pour évaluer vos connaissances sur les aliments minceur.

Faites le test
8 question(s)
Parlons-Nous
Vous souhaitez témoigner, partager votre expérience ? Contacter Anne Gaelle en écrivant à redaction@objectifsante.mu

Rechercher

L'annuaire des professionnels

Message envoyé!

Merci de votre message, nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Contactez-nous

Ce formulaire recueille votre nom, numéro de téléphone et adresse e-mail afin que nous puissions répondre à votre demande. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.

Mettez du bien-être dans votre boîte mail

Abonnez-vous à la newsletter

Merci de vous être abonné.