« Après neuf ans de lutte, j'ai finalement pu avoir un enfant » | Objectif Santé

« Après neuf ans de lutte, j'ai finalement pu avoir un enfant »

Son fils, pour l’avoir, elle a lutté contre la maladie, traversé les océans et défié le destin. Une lutte sans relâche, qui a duré presque une décennie. Devenue finalement maman, Ishita (prénom fictif) nous partage son parcours à la fois rude et glorieux.

« Après neuf ans de lutte, j'ai finalement pu avoir un enfant »

Lorsqu’elle se marie en 1990, Ishita est une femme comblée ; elle a un mari prévenant, des beaux-parents compréhensifs, une belle carrière et des rêves plein la tête. Il ne lui manque qu’un enfant pour compléter ce bonheur. Elle y songe déjà, mais en tant qu’adultes responsables, son mari et elle décident d’attendre deux ou trois ans avant de fonder une famille :

« Pour nous, avoir un enfant n’était pas une chose banale. Nous voulions être émotionnellement et financièrement stables et armés avant de concevoir. D’ailleurs, je voulais être bien préparée pour la maternité. C’est pourquoi nous avons voulu attendre un peu. »

Pourtant, l’attente s'avère être beaucoup plus longue. En 1993 ils essaient de concevoir.  En 1994,  toujours pas d’enfant. L’excitation initiale laisse place à une certaine frustration. S’ensuivent visites dans les cabinets médicaux et tests. Plusieurs médecins avancent plusieurs hypothèses, mais personne ne sait ce qu’elle a vraiment. C’est à ce moment-là que le doute et la peur s’emparent d’elle. Et si elle n’arrive pas à tomber enceinte ? Est-elle stérile ? Malade ? Est-ce le destin ? Ishita navigue entre l’espoir et l’angoisse. Son mari est tout aussi angoissé, mais ne le montre pas

« Mon mari était très encourageant. Il était lui aussi troublé, mais il essayait de rester positif. Même mes beaux-parents étaient solidaires. Ils ne me reprochaient rien et  ne me questionnaient pas. Pourtant, tout le monde remarquait mon trouble. C’est ainsi qu’une amie m’a conseillé de me rendre à l’hôpital. »

À l’hôpital, en 1995, on lui fait un curetage. Le mois suivant, elle tombe enceinte. Enceinte! Pouvoir finalement être maman. Moment de joie, de réjouissance! Elle se dit que le pire est derrière elle. Les beaux-parents la félicitent, son mari fait des achats pour le bébé et elle se met déjà à tricoter. Mais après 5 mois de grossesse arrivent les complications. Sa tension artérielle grimpe dangereusement et elle est admise à l’hôpital.

« zot in zis dir mwa ki mo tension in monter. J’étais très confuse »

Elle a peur. Pour elle. Pour son bébé. Elle déprime, elle culpabilise :« J’étais tellement perdue. Je pensais à toutes sortes de choses. J’ai commencé à penser que c’était de ma faute, je mangeais beaucoup d’ananas accompagnés de sel à l’époque, c’était peut-être à cause de ça… » Les mauvaises conditions à l’hôpital n’arrangent pas les choses :« Je ne sais pas si c’était de la négligence ou de l’ignorance, mais le personnel ne semblait pas voir mon trouble. Les infirmières ne faisaient que me demander si le bébé bougeait. Et à l’époque nous étions deux sur un lit, c’était très inconfortable… » Déçue, Ishita se rend dans une clinique. On lui fait une échographie. Le verdict est horrifiant ; le bébé n’a aucune chance de survie. Pire, la vie de la mère est aussi en danger.

« L’un de mes poumons était déjà rempli d’eau. Il fallait absolument m’opérer. Tout a basculé à cet instant. »

L’opération se fait après deux semaines. Par césarienne, elle accouche d’un bébé mort. Retourner à la maison. Le coeur vide, le ventre vide.

« Toute la famille était soulagée. J’avais survécu. Mais une partie de moi était morte avec mon bébé. Perdre un enfant est très dur. On ne s’en remet jamais. C’était une fille. J’avais déjà tricoté des petits vêtements roses pour elle... »

Ses aiguilles à tricoter, elle les jette. À partir de ce jour, elle ne tricotera plus jamais.

Déprimer, s’en remettre. Re essayer. Persister. Des fois avec espoir, des fois avec frustration. Les rapports conjugaux deviennent une corvée. Chaque mois, elle attend, elle prie. Si elle fait un retard de règles, elle espère. Lorsque les règles apparaissent, elle désespère. Les années s’enchainent et elle vacille toujours entre espoir et désespoir.
Les commentaires des autres n'arrangent pas les choses. Certaines personnes sont juste curieuses, d'autres sont presque cruelles:

« À Maurice, on questionne tout le temps une femme qui n’a pas d’enfants. Une fois on m’a même dit ‘jusqu’à quand vas-tu t’amuser ainsi ? Pann ase amize? Faut fonder une famille !’ C’était très blessant. »

Finalement elle n’en peut plus. Lorsque son mari part étudier en Angleterre, elle le suit dans l’espoir de trouver une solution. C’est là qu’elle apprend qu’elle souffre de pré-éclampsie.

« En Angleterre je suis tombée une deuxième fois enceinte. Ils ont tout de suite vu que j’avais un problème de pré-éclampsie. Ils m’ont pris en charge et m’ont fait suivre un traitement. »

La pré-éclampsie est une maladie associée à une hypertension artérielle et à l’apparition de protéines dans les urines. Non traité, ce syndrome entraîne de nombreuses complications et peut causer le décès de la mère et de l’enfant. C’est dur. Ishita et son mari s’accrochent. Au bout de 28 semaines, elle accouche d’un petit garçon. Il est fragile ; ses poumons ne sont pas suffisamment développés. On le met sous incubateur et sous respiration artificielle. Elle ne sait pas trop à quoi penser. Elle a peur d’espérer. Mais elle ne veut pas désespérer. Après un mois, le médecin annonce que le bébé ne survivra pas, qu’il vaudrait mieux éteindre l’incubateur. La réaction d’Ishita est virulente :

« J’ai dit que c’était hors de question ! Je gardais espoir, je croyais aux miracles. J’ai même fait venir un prêtre à l’hôpital pour bénir mon bébé. Pour ce bébé, je pouvais faire le tour de n’importe quelle église, m’agenouiller devant n’importe quel dieu… J’étais prête à tout afin d’avoir mon petit garçon avec moi… »

Elle s’accroche à ce peu de vie qui reste à son fils. Même s’ils savent que la situation est sans issue, les médecins n’éteignent pas l’incubateur. Le bébé meurt.
Perdre un enfant. Une deuxième fois. Porter la main à son ventre et se dire qu’il restera peut-être à jamais vide. Se souvenir des instants où l’on a pu tenir le bébé dans ses bras…

« C’était plus dur parce que je l’avais vu, je l’avais tenu. C’était traumatisant. J’étais épuisée. Même ma belle-mère m’a appelée et m’a demandé de tout arrêter.» 

Mais comment déclarer forfait ? Surtout que maintenant elle sait ce que c'est de tenir son bébé dans ses bras. Son mari et elle sont plus désespérés que jamais. Ils considèrent toutes les possibilités ; adoption, mère porteuse… Tout pour avoir un enfant. Un an après la mort de ce deuxième enfant, elle est de nouveau enceinte. Nous sommes déjà en 2002. Cette fois-ci, à la joie se mêle déjà l’inquiétude. Mais connaissant son histoire médicale, les médecins redoublent de vigilance. Les semaines et les mois passent. Plus elle s’approche de la date de l’accouchement, plus son cœur s’emballe. Finalement, au bout de 31 semaines, elle accouche d’un garçon. Il doit lui aussi rester sous incubateur, mais il va bien.

Soulagement ? Oui et non.

« Après tout ce que j’avais vécu, j’avais peur d’être trop contente, trop heureuse » De retour à Maurice, les retrouvailles sont festives. Mais ce n’est que lorsque le bébé atteint 2 mois qu’Ishita est complètement rassurée, ce n'est que là qu'elle se permet de réjouir.« Finalement ! Finalement j’ai eu un enfant. Je regardais ce petit garçon, je me disais qu'il était mien… Même ses pleurs me réjouissaient. Finalement la maison retentissait des pleurs et du rire d'un bébé. C’était la meilleure chose qui puisse m’arriver. »

« L’enfant commence en nous bien avant son commencement. Il y a des grossesses qui durent des années d’espoir… ». Une citation de Marina Tsvétaeva, qui résume parfaitement le combat d’Ishita.

Neuf longues années d’espoir qui ont finalement porté le plus beau fruit.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Comment éduquer les enfants et leur apprendre à respecter les règles ?

Comment éduquer les enfants et leur apprendre à respecter les règles ?

Pour éduquer les enfants, les parents établissent des règles de vie, dressent des interdits, imposent des limi...

Lire

Il était une fois, un enfant défavorisé et une femme généreuse

Il était une fois, un enfant défavorisé et une femme généreuse

Une histoire terrible ; le cercle vicieux de la pauvreté, une jeune femme dont les hommes profitent, un bébé d...

Lire

Moi, Gassen ; veuf et père de trois enfants

Moi, Gassen ; veuf et père de trois enfants

Nous entendons souvent parler des mères qui s’occupent seules de leurs enfants. Nous apprécions et louons leur...

Lire

Etre enfant unique affecte le développe

Etre enfant unique affecte le développement du cerveau

L’image que l’on a d’un enfant unique est un enfant « égoïste », « gâté » par ses parents mais surtout moins s...

Lire

Adolescents violents, qui blâmer ?

Adolescents violents, qui blâmer ?

Les éloges se font de plus en plus rares au sujet de nos adolescents. Coups, cris, injures, rejet de l’autorit...

Lire

A lire aussi

4 conseils de moines bouddhistes pour gérer vos émotions

4 conseils de moines bouddhistes pour gérer vos émotions

Vous faites beaucoup d’efforts pour rester calme et de bonne humeur mais voilà qu’une simple parole ou critiqu...

Lire

Ce que vous devez savoir sur les condylomes

Ce que vous devez savoir sur les condylomes

Les condylomes sont des verrues qui peuvent se développer sur ou autour des organes génitaux aussi bien chez...

Lire

6 superbes recettes pour faire pousser vos cheveux plus vite

6 superbes recettes pour faire pousser vos cheveux plus vite

Les cheveux subissent toutes sortes d’agression tous les jours. Non seulement ils sont fragilisés mais en plus...

Lire
L'annuaire des professionnels

Sur le même sujet

Comment éduquer les enfants et leur apprendre à respecter les règles ?

Comment éduquer les enfants et leur apprendre à respecter les règles ?

Pour éduquer les enfants, les parents établissent des règles de vie, dressent des interdits, imposent des limi...

Lire

Il était une fois, un enfant défavorisé et une femme généreuse

Il était une fois, un enfant défavorisé et une femme généreuse

Une histoire terrible ; le cercle vicieux de la pauvreté, une jeune femme dont les hommes profitent, un bébé d...

Lire

Moi, Gassen ; veuf et père de trois enfants

Moi, Gassen ; veuf et père de trois enfants

Nous entendons souvent parler des mères qui s’occupent seules de leurs enfants. Nous apprécions et louons leur...

Lire
La réponse

Bonjour Monsieur Je comprends que vous ayez des difficultés à en parler mais rassurez-vous ; vous n'avez aucune raison d'ê...

Vous avez une question?

Les sujets plus

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Ça pique trop ! Ce n’est pas propre ! Bah, tout le monde le fait… Pour des raisons d’hygiène ou simplement pou...

Lire

6 choses qui vous font échouer à votre examen du permis de conduire

6 choses qui vous font échouer à votre examen du permis de conduire

Vous avez échoué à votre examen de permis de conduire ? Ou, vous vous apprêtez à passer l’examen et avez peur...

Lire
Moi

Votre urine sent fort ? En voici les causes !

Votre urine sent fort ? En voici les causes !

L’odeur de votre pipi ne vous interpelle pas forcément. Après tout, ce n’est qu’une odeur d’urine ! Mais parfo...

Lire

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Ce n’est un secret pour personne : les hommes adorent qu’on leur fasse une fellation. Mais attention, pas n’im...

Lire

Les positions sexuelles qui peuvent endommager le pénis

Les positions sexuelles qui peuvent endommager le pénis

Si les positions du Kamasutra permettent de mettre un peu de piment dans la vie sexuelle, elles peuvent aussi...

Lire

Le paraphimosis : une urgence médicale

Le paraphimosis : une urgence médicale

Le paraphimosis est une affection du prépuce qui ne peut survenir que chez les hommes et les garçons non circ...

Lire

Le Corossol peut-il aider à traiter le cancer ?

Le Corossol peut-il aider à traiter le cancer ?

Dans le but de guérir le cancer, de nombreuses personnes se tournent vers des remèdes alternatifs. Le corossol...

Lire

Le glutamate : un véritable danger pour la santé

Le glutamate : un véritable danger pour la santé

On entend tous parler du glutamate et de ses méfaits pour la santé, mais que savons-nous exactement du glutama...

Lire

Le papier aluminium, votre nouvel antidouleur préféré ?

Le papier aluminium, votre nouvel antidouleur préféré ?

« Ayo mama partou fer mal ! » Nous sommes nombreux à souffrir de douleurs : au cou, aux épaules, au dos, aux g...

Lire

L’acné concerne uniquement les adolescents, manger du chocolat donne des boutons, il ne faut pas se maquiller quand on a de l’acné… les idées reçues concernant l’acné sont nombreuses mais sont-elles vraies ? Que savez-vous réellement de l’acné ? Faites ce test pour évaluer vos connaissances sur le sujet.

Faites le test
8 question(s)

On trouve tout un tas de produits minceur sur le marché : réducteurs d’appétit, boissons détox, pilules anti-graisses, produits allégés, etc. De plus en plus de personnes ressentent l’envie de maigrir au plus grand bonheur des laboratoires. Elles semblent bouder les alliés minceur que la nature leur offre. Mais les connaissent-ils seulement ? Et vous, saurez-vous les trouver ? Faites ce test pour évaluer vos connaissances sur les aliments minceur.

Faites le test
8 question(s)

Produits light, allégés, 0%... Depuis bien longtemps, les produits garantis sans sucre ou sans matières grasses sont consommés par de nombreuses personnes. Mais savez-vous vraiment à quoi vous avez affaire ? Voici un quiz pour tester vos connaissances en la matière !

Faites le test
10 question(s)
Parlons-Nous
Vous souhaitez témoigner, partager votre expérience ? Contacter Anne Gaelle en écrivant à [email protected]

Rechercher

L'annuaire des professionnels

Message envoyé!

Merci de votre message, nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Contactez-nous

Ce formulaire recueille votre nom, numéro de téléphone et adresse e-mail afin que nous puissions répondre à votre demande. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.

Mettez du bien-être dans votre boîte mail

Abonnez-vous à la newsletter

Merci de vous être abonné.