L’apnée du sommeil : une maladie dangereuse | Objectif Santé

L’apnée du sommeil : une maladie dangereuse

Il n’y a rien de tel qu’un sommeil réparateur. Or, celui-ci peut être perturbé par plusieurs facteurs dont l’un de nature congénitale, à savoir un excès de souplesse des voies aériennes causant l’apnée du sommeil. L’apnée du sommeil est dangereuse car elle impacte sur la qualité de vie et peut occasionner des accidents. C’est ce qu’explique la pneumologue Nolwenn Davy.

L’apnée du sommeil : une maladie dangereuse

L’apnée du sommeil se caractérise par des ronflements très importants couplés d’arrêts respiratoires répétés pouvant durer entre 10 secondes et une minute et parfois plus durant la nuit. La personne qui en souffre se réveille parfois en sursaut en ayant l’impression d’étouffer.

On parle d’apnée modérée quand une personne a entre 20 et 30 arrêts respiratoires par heure. En revanche, lorsqu’elle a plus de 30 arrêts respiratoires par heure, on parle d’apnée sévère.

Sa cause principale est une trop grande souplesse des voies aériennes. Celles-ci ont alors tendance à se refermer durant la nuit. A chaque fois que cela se produit, la personne manque d’oxygène et son cerveau le fait sursauter pour reprendre sa respiration. Les autres facteurs de risques associés à l’apnée du sommeil sont l’obésité, le diabète et l’hypertension artérielle.

 

Ces arrêts respiratoires, indique le Dr Davy, ont un impact sur le sommeil du malade qui se réveille fatigué comme si qu’il avait mal dormi alors qu’en réalité, il a fait sa nuit.  Il a parfois mal à la tête et traîne au cours de la journée une fatigue et une somnolence continues. Il peut s’endormir pendant son travail ou même lorsqu’il est en voiture. «C’est une maladie dangereuse car elle peut favoriser des troubles du rythme cardiaque, des accidents coronaires, des accidents vasculaires cérébraux. Tout comme elle peut déséquilibrer une hypertension artérielle et faire augmenter le diabète chez un sujet obèse».

Apnee du sommeil

L’apnée du sommeil peut-elle entraîner la mort ?

«Oui, il peut y avoir mort subite sur une apnée prolongée non-traitée. Mais c’est rare. Elle a en revanche un retentissement sur la vie sociale car elle occasionne de l’irritabilité, un possible syndrome dépressif, des risques d’accidents de travail ou d’accidents sur la voie publique ». 

Le diagnostic de l’apnée respiratoire se fait par enregistrement des paramètres du sommeil à la maison ou en clinique. On place alors un enregistreur polygraphique du sommeil avec des capteurs sur le sujet et son sommeil est enregistré durant la nuit. Le lendemain, le médecin procède à une analyse de l’enregistrement du sommeil et à partir de là, décide si un traitement pour l’apnée du sommeil se justifie ou pas. «Lorsque le malade a entre 20 et 30 arrêts respiratoires par heure, le traitement est indiqué en fonction des symptômes du patient. Au-delà de 30 arrêts respiratoires par heure, on lui recommande l’utilisation de la Pression Positive Continue.  Ce petit appareil relié par un tuyau à un masque dispense de l’air sous pression dans les voies aériennes afin qu’elles restent ouvertes durant la nuit».

Les interventions chirurgicales ne sont envisageables qu’en cas de malformations spécifiques. Le deuxième traitement possible de l’apnée du sommeil est la pose d’une orthèse d’avancée mandibulaire, système que l’on place dans la bouche la nuit et qui est destiné à avancer la mâchoire intérieure. Cette pose se fait par un stomatologue.

Il y a des masques adaptés aux claustrophobes. «C’est vrai que certaines personnes rechignent à porter la Pression Positive Continue mais lorsqu’ils réalisent à quel point leur qualité de vie est améliorée avec cet appareil, ils finissent par accepter son utilisation et de mettre le masque ».
Le Dr Davy conseille aux personnes de surveiller leur poids car « avec l’âge, on fait plus d’apnée et si l’on a une prise de poids importante, on peut devenir apnéique. Il faut aussi contrôler son hypertension et son diabète».

Marie-Annick Savripène

 Procéder par élimination avant d’investir dans un PPC

Sam Sooprayen, directeur exécutif d’une compagnie privée, n’avait jamais souffert d’apnée du sommeil jusqu’à il y a un an. Etant un peu St Thomas, il a fait le tour des médecins et hésite désormais entre deux maux. Il veut procéder par élimination avant d’investir dans l’achat d’un appareil Pression Positive Continue (PPC).

Cet homme de 46 ans ne s’est jamais vraiment préoccupé de sa santé et n’avait jamais entendu parler de l’apnée du sommeil. Jusqu’à ce qu’il y a un an. Une nuit, sa femme remarque qu’il fait des arrêts respiratoires réguliers et qu’il sursaute dans son sommeil. Les arrêts respiratoires durent même une minute et inquiètent son épouse.
A l’issue de la lecture d’un article de presse, il consulte un spécialiste qui enregistre son sommeil et confirme le diagnostic d’apnée du sommeil sévère. «Je ne l’ai pas trop cru car je n’avais jamais souffert de cette maladie autrefois. J’ai donc décidé de prendre un deuxième avis médical ».
Il consulte alors un oto-rhino-laryngologiste qui ne confirme pas le diagnostic de son confrère. «Il n’arrivait pas à dire exactement ce dont je souffrais. Il m’a donné des gouttes nasales ». Sam Sooprayen décide alors d’aller faire une vérification médicale générale et hormis un peu de cholestérol, ses résultats sont normaux. Il se met donc au régime et à la pratique intensive de natation et d’exercices en gymnase. Il perd quelques kilos.
Comme son état ne s’améliore pas la nuit, il consulte un autre médecin en clinique et celui-ci enregistre son sommeil. Il s’entend à nouveau dire qu’il souffre d’apnée du sommeil sévère. Il loue un PPC mais est incapable de tenir au-delà de trois nuits avec car il a le sentiment d’étouffer.
Finalement, il se tourne vers un spécialiste du public qui déclare qu’il souffre d’une déviation de la cloison nasale. Le praticien affirme qu’il peut le guérir à 100% par une intervention qui lui coûtera entre Rs 80 000 et Rs 90 000.
Avec de tels diagnostics contradictoires, Sam Sooprayen ne sait plus à quel saint se vouer. «Jusqu’à présent, j’ai dépensé plus de Rs 30 000 avec les médecins et les analyses. J’ignore si je dois aller prendre un autre avis à l’étranger ou pas. Je crois que je tenterai l’opération nasale et si après ça, ma femme note que je fais toujours des arrêts respiratoires, je serai obligé d’acheter la PPC qui coûte environ Rs 120 000. Ce sera alors ma dernière option ».

Sur le même sujet

Somnifères : ce qu’il faut savoir

Somnifères : ce qu’il faut savoir

De nombreuses personnes utilisent des somnifères pour « régler » leur problème d’insomnie. Lorsqu'on dort...

Lire

Je marche dans mon sommeil occasionnellement : est-ce grave ?

Je marche dans mon sommeil occasionnellement : est-ce grave ?

Le somnambulisme, nous le savons, fait partie des pathologies du sommeil d’origine neurologique. Mais doit-il...

Lire

Les femmes ronflent autant que les hommes

Les femmes ronflent autant que les hommes

On a longtemps supposé que le ronflement était un problème typiquement masculin. Mais une nouvelle étude révèl...

Lire

Sommeil : hommes/femmes des besoins diff

Sommeil : hommes/femmes des besoins différents

Vous et votre partenaire partagez le même lit, et peut-être vous endormez vous dès que vous posez la tête sur...

Lire

Sommeil réparateur : 5 bonnes habitudes

Sommeil réparateur : 5 bonnes habitudes à adopter

Avoir un sommeil réparateur permet de rester en pleine forme. Oui, le fait de bien dormir garde le cœur en bon...

Lire

A lire aussi

Assurance-santé : quelles sont les formalités à suivre après une hospitalisation ?

Assurance-santé : quelles sont les formalités à suivre après une hospi

Les formalités à compléter après un séjour en clinique sont importantes. Elles sont, en effet, essentielles po...

Lire

Et si vous investissiez dans une maison écologique…

Et si vous investissiez dans une maison écologique…

Vous voulez vous sentir bien chez vous, tout en minimisant votre impact sur l’environnement ? Une maison écolo...

Lire

La mutuelle santé de nos jours

La mutuelle santé de nos jours

L'importance de souscrire à une bonne mutuelle santé de nos jours. Dans les circonstances actuelles, la s...

Lire
L'annuaire des professionnels

Sur le même sujet

Somnifères : ce qu’il faut savoir

Somnifères : ce qu’il faut savoir

De nombreuses personnes utilisent des somnifères pour « régler » leur problème d’insomnie. Lorsqu'on dort...

Lire

Je marche dans mon sommeil occasionnellement : est-ce grave ?

Je marche dans mon sommeil occasionnellement : est-ce grave ?

Le somnambulisme, nous le savons, fait partie des pathologies du sommeil d’origine neurologique. Mais doit-il...

Lire

Les femmes ronflent autant que les hommes

Les femmes ronflent autant que les hommes

On a longtemps supposé que le ronflement était un problème typiquement masculin. Mais une nouvelle étude révèl...

Lire
La réponse

Bonjour Monsieur Je comprends que vous ayez des difficultés à en parler mais rassurez-vous ; vous n'avez aucune raison d'ê...

Vous avez une question?

Les sujets plus

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Se raser les parties intimes, pas conseillé du tout !

Ça pique trop ! Ce n’est pas propre ! Bah, tout le monde le fait… Pour des raisons d’hygiène ou simplement pou...

Lire

6 choses qui vous font échouer à votre examen du permis de conduire

6 choses qui vous font échouer à votre examen du permis de conduire

Vous avez échoué à votre examen de permis de conduire ? Ou, vous vous apprêtez à passer l’examen et avez peur...

Lire
Moi

Taches blanches sur la peau ? Voici les remèdes

Taches blanches sur la peau ? Voici les remèdes

Vous avez des taches blanches sur la peau ? Elles se trouvent sur le visage, le cou, l’abdomen ou les bras et...

Lire

Votre urine sent fort ? En voici les causes !

Votre urine sent fort ? En voici les causes !

L’odeur de votre pipi ne vous interpelle pas forcément. Après tout, ce n’est qu’une odeur d’urine ! Mais parfo...

Lire

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Fellation : 7 conseils pour bien lui donner du plaisir

Ce n’est un secret pour personne : les hommes adorent qu’on leur fasse une fellation. Mais attention, pas n’im...

Lire

Combien de cheveux avons-nous ? Pourquoi deviennent-ils blancs ? Les couper les rend-ils plus forts ? Etes-vous incollable sur les cheveux ? Faites le test pour le savoir !

Faites le test
10 question(s)

L’acné concerne uniquement les adolescents, manger du chocolat donne des boutons, il ne faut pas se maquiller quand on a de l’acné… les idées reçues concernant l’acné sont nombreuses mais sont-elles vraies ? Que savez-vous réellement de l’acné ? Faites ce test pour évaluer vos connaissances sur le sujet.

Faites le test
8 question(s)

On trouve tout un tas de produits minceur sur le marché : réducteurs d’appétit, boissons détox, pilules anti-graisses, produits allégés, etc. De plus en plus de personnes ressentent l’envie de maigrir au plus grand bonheur des laboratoires. Elles semblent bouder les alliés minceur que la nature leur offre. Mais les connaissent-ils seulement ? Et vous, saurez-vous les trouver ? Faites ce test pour évaluer vos connaissances sur les aliments minceur.

Faites le test
8 question(s)
Parlons-Nous
Vous souhaitez témoigner, partager votre expérience ? Contacter Anne Gaelle en écrivant à redaction@objectifsante.mu

Rechercher

L'annuaire des professionnels

Message envoyé!

Merci de votre message, nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Contactez-nous

Ce formulaire recueille votre nom, numéro de téléphone et adresse e-mail afin que nous puissions répondre à votre demande. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.

Mettez du bien-être dans votre boîte mail

Abonnez-vous à la newsletter

Merci de vous être abonné.